International

Irak : qui sont les djihadistes qui avancent vers Bagdad ?

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 12 juin 2014 à 16:27 Mis à jour le jeudi 12 juin 2014 à 17:14

Un combattant kurde en Syrie, où se déploient aussi les djihadistes de l'EEIL

En Irak, des combattants djihadistes progressent vers la capitale. Jeudi, ils n'étaient plus qu'à une centaine de kilomètres de Bagdad. Leur objectif : créer un État islamique et y imposer la charia.

Attentats-suicides, prises d'otages, civils en fuite... Depuis plusieurs semaines, le chaos s'installe en Irak. À l'origine de cette violence, des combattants jihadistes qui n'étaient plus jeudi qu'à une centaine de kilomètres de Bagdad, après s'être emparés de vastes zones du nord-ouest de l'Irak.

Qui sont-ils ?

Ces rebelles sunnites revendiquent leur appartenance à l'État islamique en Irak et au Levant (EEIL). Al-Qaïda qui a inspiré cette organisation l'a pourtant écartée, car elle juge l'EEIL trop radical. Également présent en Syrie et au Liban, l'EEIL serait selon les experts occidentaux constitué principalement en Irak d'anciens membres des services secrets de Saddam Hussein , l'ancien dirigeant d'Irak renversé en 2003 par une offensive américaine. Aujourd'hui, ils seraient autour de 10.000 mercenaires en Irak, vivant des bénéfices tirés de la vente du pétrole exploité sur les zones qu'il contrôlent.

Que veulent-ils ?

L'EEIL monte en puissance depuis plusieurs mois et contrôle désormais une grande zone à cheval sur la Syrie et l'Irak. Cette région est riche en pétrole, et les rebelles sunnites ont pour objectif d'en faire leur État et d'y instaurer la charia. En Irak, ils veulent faire tomber le pouvoir chiite en place, et sont donc en train de tenter une marche sur la capitale Bagdad . Ils ont déjà pris mardi la deuxième ville du pays, Mossoul.

En vert, l'actuelle zone sous contrôle de l'EEIL - Radio France
En vert, l'actuelle zone sous contrôle de l'EEIL © Radio France - Julien Baldacchino

Pourquoi personne ne les arrête ?

L'armée irakienne, créée à partir de rien par les États-Unis après la chute de Saddam Hussein, est en déroute face à ces mercenaires prêts à tout et très bien armés. Et l'Irak est très affaibli par ses faiblesses et divisions internes. Faute de quorum, le Parlement a annulé son projet de décréter l'état d'urgence dans le pays. Alors que selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), "plus de 500.000 personnes ont été déplacées à l'intérieur et autour de Mossoul" , les regards sont tournés vers l'étranger.

Le Conseil de sécurité se réunissait jeudi autour de cette crise, et les États-Unis (qui jugent l'EEIL comme étant l'un des groupes les plus dangereux au monde) n'excluent pas des frappes aériennes .

Irak : les djihadistes et les Kurdes se partagent le Nord - Aucun(e)
Irak : les djihadistes et les Kurdes se partagent le Nord