Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La présidente des Jeunes socialistes européens interrogée longuement en Israël

mercredi 13 avril 2016 à 12:31 Par Fanny Bouvard, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

La présidente rouennaise des Jeunes socialistes européens, Laura Slimani, a été longuement retenue et interrogée par les autorités à son arrivée en Israël. Elle venait assister à un séminaire en Palestine.

Illustration : Laura Slimani, la présidente des Jeunes socialistes européens
Illustration : Laura Slimani, la présidente des Jeunes socialistes européens © Maxppp - Lefebvre

Rouen, France

Laura Slimani se souviendra longtemps de sa nuit du 1er avril 2016. Invitée à un séminaire en Palestine, elle a été retenue pendant cinq heures à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv (Israël). "Au moment des contrôles d'identité, vers deux heures du matin, on m'a mise de côté du fait de mon nom de famille et donc de mes origines algériennes", raconte la présidente rouennaise des Jeunes socialistes européens. "C'est du profilage racial !"

"J'ai subi plusieurs interrogatoires plus ou moins intimidants. Mais c'est vraiment des pratiques courantes en Israël" Laura Slimani

Les services des renseignements l'ont interrogé à plusieurs reprises, notamment quand ils ont découvert sa fonction de présidente des Jeunes socialistes européens. "Ils voulaient savoir ce que je venais faire en Israël, ce que je pensais du conflit israélo-palestinien, détaille Laure Slimani. Ils ont été très intrusifs".

ECOUTEZ : "Ils ont regardé dans mon téléphone, mes mails, mes contacts..."

Selon elle, le but des autorités était clair :"me faire perdre mes moyens pour que je leur dise à la fin que j'allais en Palestine. Parce qu'en vous êtes un responsable politique et que vous allez en Palestine, ça inquiète les israéliens et ça peut vous valoir d'être renvoyé chez vous." Laura Slimani allait bien en Palestine, mais elle n'a rien dit et a pu quitter l'aéroport vers sept heures du matin.