Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Italie : un accord trouvé entre le Mouvement 5 étoiles et le centre gauche pour former un gouvernement

-
Par , France Bleu

Les Italiens vont à nouveau avoir un gouvernement. Le parti démocrate, de centre gauche, et le mouvement populiste 5 étoiles ont trouvé un accord pour former un gouvernement. C'est le premier ministre Giuseppe Conte, qui avait démissionné le 20 août dernier, qui dirigera le gouvernement.

Luigi Di maio, du Mouvement 5 étoiles (au centre), a trouvé un accord avec le parti démocrate.
Luigi Di maio, du Mouvement 5 étoiles (au centre), a trouvé un accord avec le parti démocrate. © AFP - Andreas SOLARO

Après trois semaines d'incertitude et huit jours sans premier ministre, l'Italie va retrouver un gouvernement. Le Mouvement 5 Etoiles, antisystème, et le Parti démocrate, de centre gauche, se sont entendus ce mercredi pour former un gouvernement, dirigé par le Premier ministre sortant Giuseppe Conte. Mais des incertitudes demeurent sur sa mise en place, qui n'interviendra que dans les prochains jours.

Giuseppe Conte de retour aux affaires 

Un "accord politique a été trouvé avec le Parti démocrate" pour former une nouvelle majorité de gouvernement, a annoncé le chef du Mouvement 5 Etoiles Luigi Di Maio, à sa sortie d'une rencontre avec le président Sergio Mattarella. Le futur gouvernement sera de nouveau dirigé par Giuseppe Conte. Ce "sera une garantie" pour le Mouvement 5 étoiles, a précisé Luigi Di Maio, en critiquant son ex-allié Matteo Salvini (le chef de la Ligue, le parti d'extrême droite), pour avoir le 8 août "coupé le courant" de la coalition qu'ils formaient depuis 14 mois et laissé "60 millions d'Italiens sans gouvernement". 

L'Italie est en effet plongée dans une crise politique profonde, depuis le dynamitage le 8 août par le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, de la coalition formée avec les Cinq Etoiles, puis la démission le 20 août du chef du gouvernement Giuseppe Conte. Giuseppe Conte, très populaire en Italie, a obtenu ces derniers jours le soutien, d'abord des Européens au G7 de Biarritz, puis lundi du président américain Donald Trump, qui l'a qualifié "d'homme très doué". Le Mouvement 5 étoiles exerçait une forte pression pour le maintien de Conte, auquel le Parti démocrate reprochait son silence pendant 14 mois face aux diktats anti-migrants de Matteo Salvini.

Le programme voté ce week-end ? 

Le programme commun doit être approuvé par les Cinq Etoiles, qui veulent soumettre l'accord à leur plateforme internet de "démocratie directe", très contestée pour son manque de transparence et de représentativité (100.000 inscrits seulement, pour plus de 10 millions d'électeurs aux législatives de 2018). Ce vote pourrait intervenir pendant le week-end.

Bien qu'à couteaux tirés depuis des années, le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles négocient depuis plusieurs jours un accord de coalition afin d'éviter un retour aux urnes très risqué pour eux, alors que la Ligue d'extrême droite est largement en tête des sondages.

Pari perdu pour Salvini 

Matteo Salvini s'est moqué d'un gouvernement qui sera "otage des chasseurs de portefeuilles ministériels". Mais la formation de cette majorité est un cinglant revers pour l'ex-homme fort du gouvernement, qui espérait déclencher des élections anticipées. Il a dénoncé un gouvernement "formé sur les indications de Paris, Berlin et Bruxelles". "L'unique ciment qui unit le PD et les 5 Etoiles, c'est la haine pour la Ligue, le premier parti d'Italie", a-t-il affirmé, en référence à des sondages qui le donnaient à 36/38% des intentions de vote début août.

Choix de la station

France Bleu