International

Juan Carlos, roi d'Espagne, a abdiqué

Par Pierrick de Morel, France Bleu lundi 2 juin 2014 à 11:14 Mis à jour le lundi 2 juin 2014 à 14:32

Juan Carlos Ier n'est plus roi d'Espagne...
Juan Carlos Ier n'est plus roi d'Espagne... © Maxppp

Âgé de 76 ans, le roi d'Espagne Juan Carlos a quitté son trône au profit de son fils, le prince Felipe. L'annonce a été faite lundi matin par le chef du gouvernement ibérique, Mariano Rajoy. L'ex-souverain a affirmé dans un message télévisé qu'il espérait impulser le "renouveau" d'une monarchie en crise.

Malade et embourbé dans les scandales qui ont éclaboussé la famille royale espagnole depuis quelques années, Juan Carlos Ier, roi d'Espagne, a abdiqué. A 76 ans, il va céder son trône à son fils, le prince Felipe. C'est ce qu'a annoncé lundi matin son chef de gouvernement Mariano Rajoy :

"Sa Majesté le roi Juan Carlos vient de m'informer de sa volonté de renoncer au trône. Je suis convaincu que c'est le meilleur moment pour un changement."

Juan Carlos espère "un élan de renouveau "

Quelques minutes après cette annonce, le désormais ex-souverain espagnol s'est exprimé dans une allocution télévisée. "Le prince des Asturies a la maturité, la préparation et le sens de la responsabilité nécessaires pour prendre avec toutes les garanties la tête de l'Etat et ouvrir une nouvelle étape d'espoir dans laquelle seront alliées l'expérience acquise et l'impulsion d'une nouvelle génération ", a-t-il déclaré.

"Je souhaite le meilleur à l'Espagne, à laquelle j'ai consacré ma vie entière, et au service de laquelle j'ai mis toutes mes capacités, mon enthousiasme et mon ardeur."

Juan Carlos espère que son départ confirmera un "élan de renouveau ", né des lendemains que la crise économique qui a gravement touché l'Espagne - le pays affiche un taux de chômage de 56 %. Il a estimé que cette crise "a laissé de profondes cicatrices dans le tissu social mais elle nous montre aussi la voie vers un avenir plein d'espoir ". 

Le roi de l'après-Franco

Né en 1938, Juan Carlos est roi d'Espagne depuis le 22 novembre 1975, soit deux jours après la mort de Franco. Après des années de dictature, Juan Carlos s'efforce de promulguer des réformes démocratiques, notamment la Loi pour la réforme politique, qui a permis de créer les bases juridiques nécessaires à la réforme des institutions franquistes.

Conséquence de cette législation : le 15 juin 1977, l'Espagne connait ses premières élections démocratiques depuis l'instauration de la dictature.  Le Congrès des députés - Congreso de los Diputados - et le Sénat (Senado) issus de ces élections seront chargés d'élaborer, notamment, la nouvelle Constitution démocratique.

Une fin de règne marquée par les scandales

La suite de ce règne est moins glorieuse : longtemps très respecté, le souverain espagnol va voir sa popularité décliner progressivement à la suite de nombreux scandales qui touchent la famille royale. Mode de vie dispendieux - la presse ibérique se régalera des tribulations de la famille royale lors d'un safari au Botswana, inculpation de sa ville pour fraude fiscale et de son gendre pour détournement de fonds publics...

Ces affaires ont entâché le bilan de celui qui quitte lundi son trône. Un conseil des ministres "extraordinaire " a été convoqué mardi par le chef du gouvernement espagnol.

Partager sur :