International

L'heure du vote a sonné pour les Américains, qui se choisissent un(e) Président(e)

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 7 novembre 2016 à 17:24 Mis à jour le mardi 8 novembre 2016 à 15:27

Hillary Clinton vote aux côtés de son mari Bill, le 8 novembre 2016
Hillary Clinton vote aux côtés de son mari Bill, le 8 novembre 2016 © AFP - BRENDAN SMIALOWSKI

La présidentielle américaine se déroule ce mardi. Au terme d'une campagne très tendue, la démocrate Hillary Clinton restait en tête des sondages. Le résultat est attendu au petit matin mercredi, heure française.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes ce mardi aux États-Unis. Rebondissements, controverses, suspense : rarement un sprint final à la Maison Blanche aura été si animé. Dans les sondages, Hillary Clinton restait en tête à la fin de cette campagne. Mais Donald Trump n'était pas loin derrière.

À LIRE AUSSI : la présidentielle américaine, mode d'emploi

Affluence dans les bureaux de vote

Il y a quatre fuseaux horaires aux États-Unis et les électeurs ont donc eu accès aux urnes de façon progressive. Comme à chaque fois, ce sont les sept électeurs de Dixville Notch, dans les confins du nord-est des Etats-Unis, qui ont lancé symboliquement l'élection présidentielle à minuit pile.

Hillary Clinton a voté peu après 8h heure locale, dans une école près de son domicile de Chappaqua, dans l'État de New York. Attendue depuis plus d'une heure par une foule enthousiaste d'environ 150 personnes, elle a voté en compagnie de son époux, l'ancien président Bill Clinton. "Tellement de gens comptent sur le résultat de cette élection, ce que ça signifie pour notre pays, et je ferai de mon mieux si j'ai la chance de gagner aujourd'hui", a-t-elle dit en sortant du bureau de vote.

Au coude à coude dans les sondages

Le dernier sondage NBC/Wall Street Journal donnait dimanche quatre points d'avance à la démocrate (44%/40%). La télévision CBS estimait elle que les deux candidats étaient au coude-à-coude dans l'Ohio et la Floride, ce dernier État pouvant à lui seul décider de la Présidentielle s'il était perdu par Donald Trump.

Résultat : une fin de campagne frénétique dans les deux camps. Donald Trump a parcouru cinq États rien que dimanche, et a tenté un dernier changement capillaire. Ses cheveux assez longs, orangés et laqués ont été moqués des mois durant, ils sont désormais plus "présidentiels": plus courts et plus clairs. Hillary Clinton va jouer à fond la carte "people" pour ses dernières heures de marathon : après une apparition surprise au concert de Beyoncé et Jay-Z (cf l'article de franceinfo), elle était pour son meeting de lundi en Pennsylvanie rejointe par le président Barack Obama, sa femme Michelle, mais aussi Bruce Springsteen et Jon Bon Jovi.

La tension à son paroxysme

Les Américains, dont 82% se disaient dégoûtés dans un autre récent sondage, n'attendent eux plus que la fin de cette longue campagne. Les deux candidats atteignent des taux d'impopularité historiques : 50% des électeurs n'aiment pas Hillary Clinton, un chiffre qui atteint 62% pour Donald Trump.

Un désamour nourri par les gaffes et les affaires. Du côté Trump avec notamment des propos dégradants sur les femmes, ou plus tôt dans la campagne le scandale sur ses impôts, qu'il n'aurait pas payé pendant des décennies. Hillary Clinton aura quant à elle été plombée par le scandale de ses emails (lire l'article de franceinfo pour en savoir plus). En tant que chef de la diplomatie, la démocrate avait utilisé des serveurs privés et donc non sécurisés pour envoyer des messages professionnels, ce qui pour ses détracteurs a "mis la sécurité du pays en danger."

Chasse aux grands électeurs

Le scrutin présidentiel américain est indirect. En votant pour le candidat de leur choix, les citoyens désignent en réalité des grands électeurs, dont le nombre varie selon les États en fonction de leur population. Selon les sondages, la candidate démocrate est toujours assurée ou quasiment assurée de remporter les votes d'au moins 216 grands électeurs sur 538. Il en faut 270 pour gagner l'élection. Le candidat républicain Donald Trump est en retard sur sa rivale puisqu'il n'est assuré que de remporter les voix de 164 grands électeurs. Restent donc toujours ces états indécis représentés par 158 grands électeurs et que les candidats cherchent à convaincre jusqu'à la dernière minute.

À quand la fin du suspense ? Les premières estimations devraient être connues en France aux alentours de 2h du matin. Vers 5h du matin, le nom du vainqueur devrait se dessiner précisément.

  - Visactu
© Visactu -