International

L’ancien avion de Kadhafi immobilisé à Perpignan depuis un an

Par François David, France Bleu Roussillon dimanche 19 avril 2015 à 17:00

L'ancien avion de Kadhafi -
L'ancien avion de Kadhafi - © Radio France - François DAVID

Face à la situation chaotique du pays, le gouvernement libyen a préféré confier l’avion du dictateur en "gardiennage" à la société EAS (Perpignan), pour qu’il ne tombe pas aux mains des milices.

C’est l’avion de tous les fantasmes . En octobre 2011, lorsque les rebelles prennent le contrôle de l’aéroport de Tripoli, ils découvrent le jet privé du dictateur Muammar Kadhafi. D’extérieur, l’énorme Airbus A340 ne paye pas de mine. Mais une fois la porte franchie, tout est luxe et démesure  : canapés en cuir, chambre à coucher avec lit king-size, jaccuzi, salle multimédia avec écran géant…

Un luxe dont le nouveau pouvoir libyen décide de se passer. En 2012, l'appareil est envoyé à Perpignan, dans les locaux de l’entreprise de maintenance aéronautique EAS, pour retrouver sa fonction initiale d'avion de ligne.

L’intérieur de l’avion est entièrement démonté et rééquipé dans une configuration beaucoup plus classique . A l’été 2013, l’Airbus arrive à Orly pour être repeint. Et c’est un appareil totalement relooké, presque méconnaissable, qui redécolle le 2 septembre en direction de la Lybie.

L'ancien avion de Kadhafi - - Radio France
L'ancien avion de Kadhafi - © Radio France

Mais depuis le 17 mars 2014, l’avion est de nouveau à Perpignan. Cette fois, pas pour des travaux. L’ancien jet privé de Kadhafi est en "gardiennage ". Selon nos informations, le gouvernement libyen a préféré l’éloigner du pays en proie au chaos , pour qu’il ne tombe pas dans les mains des milices qui se disputent le pouvoir.

Pour autant, l’avion n’est pas abandonné. L’entreprise EAS assure régulièrement des missions de contrôle et d’inspection , pour que l’appareil ne perde pas son autorisation de vol.  

L'ancien avion de Kadhafi est à Perpignan depuis un an - - Radio France
L'ancien avion de Kadhafi est à Perpignan depuis un an - © Radio France - François DAVID