Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

L'Arabie saoudite reconnaît que le journaliste Jamal Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul

-
Par , France Bleu

L'Arabie saoudite a reconnu samedi que Jamal Khashoggi avait été tué à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul. On était sans nouvelles du journaliste saoudien depuis le 2 octobre. Sa disparition avait eu un retentissement mondial.

Portrait de Jamal Khashoggi lors d'une manifestation
Portrait de Jamal Khashoggi lors d'une manifestation © AFP - OZAN KOSE

La confirmation de la mort de Jamal Khashoggi a été relayée par l'agence de presse officielle saoudienne SPA qui a fait état du limogeage de deux hauts responsables saoudiens et de l'arrestation de 18 suspects, tous Saoudiens.  
Selon cette agence de presse, Jamal Khashoggi est mort à la suite d'une rixe. Le directeur d'un centre de réflexion considéré comme proche du pouvoir à Ryad, a donné une autre version. "Khashoggi est mort d'un étranglement au cours d'une altercation physique, pas d'une rixe", a déclaré Ali Shihabi.  

Crédible pour le président américain, troublante pour le patron de l'ONU: la confirmation par l'Arabie saoudite de la mort du journaliste Jamal Khashoggi provoque émotion et interrogations sur la version de Ryad. Le président américain Donald Trump a affirmé qu'il considérait les explications saoudiennes sur la mort de Jamal Khashoggi comme étant crédibles. 

RSF appelle à ne faire aucun "compromis" avec Ryad 

Pour Reporters sans frontières, tout "compromis" avec l'Arabie saoudite au sujet du meurtre de Jamal Khashoggi reviendrait à donner "une autorisation à tuer" à un royaume qui "kidnappe" et "tue" des journalistes, a mis en garde son secrétaire général Christophe Deloire.  La mort de ce journaliste s’inscrit dans la vague de répression contre les journalistes et défenseurs des droits humains qui a suivi le sacre de Mohammed Ben Salman comme prince héritier indique RSF.

Critique envers le prince héritier Mohammed ben Salmane, Khashoggi vivait en exil depuis 2017 aux Etats-Unis où il collaborait notamment avec le Washington Post.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu