International

L'Ukraine craint pour son intégrité territoriale et en appelle à l'ONU

Par Thibaut Lehut, France Bleu vendredi 28 février 2014 à 11:34 Mis à jour le vendredi 28 février 2014 à 14:10

Des hommes armés ont envahi le parlement de Crimée, jeudi, sous des drapeaux russes
Des hommes armés ont envahi le parlement de Crimée, jeudi, sous des drapeaux russes © Maxppp

Les tensions s'accumulent dans l'est de l'Ukraine. Le gouvernement transitoire accuse ce vendredi la Russie d'invasion et réclame à l'ONU une réunion du Conseil de sécurité.

La Russie tente-t-elle, en sous-main, de prendre le contrôle de l'est de l'Ukraine ? Le parlement manifeste en tout cas ce vendredi une vive inquiétude et a demandé à l'ONU de réunir son conseil de sécurité. Les élus ont également appelé les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, garants de l'indépendance de l'Ukraine depuis sa sortie du giron soviétique en 1994, à intervenir pour sauvegarder la souveraineté du pays.Sur le terrain, la tension a franchi un cap en Crimée. Des hommes armés ont en effet tenté de prendre le contrôle de deux aéroports dans la nuit, dont celui de Sébastopol, siège de la flotte russe en mer Noire. Quelques heures plus tôt, c'est le parlement régional qui avait été envahi et soustrait au contrôle du gouvernement de Kiev.

"Terroristes armés opérant sous drapeau russe"

Selon le président par intérim Olexandre Tourtchinov, ces attaques sont l’œuvre de "terroristes armés opérant sous le drapeau russe". Le ministre de l'Intérieur parle lui carrément d'intervention directe de l'armée russe. "Je considère que ce qui s'est passé est une invasion armée et une occupation en violation des accords et des règlements internationaux", a-il-écrit sur sa page Facebook.Les Russes nient de leur côté toute implication. Mais le porte-parole de la flotte a concédé que des "unités terroristes" avaient pu agir. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a fait savoir jeudi que son homologue russe Sergueï Lavrov lui avait promis au téléphone que Moscou n'interviendrait pas militairement chez son voisin ukrainien. Berlin, Paris et Varsovie se sont dits "très préoccupés" par "l'instabilité" qui frappe la Crimée.

Crimée : les derniers événements - Aucun(e)
Crimée : les derniers événements

Partager sur :