Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

L'Ukraine met en scène la mort d'un journaliste russe menacé par le Kremlin

mercredi 30 mai 2018 à 19:29 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Mardi soir, la police ukrainienne avait annoncé qu'Arkadi Babtchenko avait été abattu de plusieurs balles à Kiev. Il s’agissait d'une mise en scène visant à déjouer un assassinat commandité par la Russie affirment les autorités ukrainiennes ce mercredi.

Le journaliste russe Arkadi Babtchenko.
Le journaliste russe Arkadi Babtchenko. © AFP - Inna SOKOLOVSKA / UNIAN

L'annonce de sa mort, mardi soir, avait provoqué l'émoi des journalistes du monde entier. A la surprise générale, le journaliste russe Arkadi Babtchenko est apparu vivant, mercredi 30 mai, lors d’une conférence de presse à Kiev. La police ukrainienne avait annoncé que le reporter de 41 ans avait été abattu de plusieurs balles dans le dos en arrivant à son appartement à Kiev.
 

Kiev accuse Moscou

Devant les caméras, l'ancien soldat russe devenu reporter de guerre a expliqué avoir participé lui-même à une mise en scène dans le cadre d'une "opération spéciale" préparée depuis deux mois et destinée à lui sauver la vie.

D'après le chef des services ukrainiens de sécurité (SBU) un homme avait reçu 40.000 dollars de la part des "services spéciaux russes" pour préparer l'assassinat du journaliste. Il a été arrêté.  

Mardi soir, le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groïsman, avait mis en cause "la machine totalitaire russe", déclenchant des démentis de Moscou. Le directeur des services de sécurité russes (FSB), Alexandre Bortnikov, avait qualifié les accusations ukrainiennes d'"absurdité" et de "provocation". Le Kremlin avait "fermement condamné" le meurtre et affirmé "espérer une véritable enquête". Moscou dénonce ce mercredi une "provocation antirusse" de Kiev.

Simulation "navrante"

L'ONG Reporters Sans Frontières (RSF), qui avait exhorté l'Ukraine et la Russie à "coopérer" pour faire la lumière sur cet "acte ignoble" plutôt que "se livrer à une guerre d'information dangereuse", condamne, pour sa part, une simulation "navrante".

Arkadi Babtchenko a participé en Russie aux deux guerres en Tchétchénie en tant que militaire avant de devenir un journaliste extrêmement critique vis-à-vis du Kremlin. Il avait raconté les guerres dans cette république russe du Caucase dans un livre édité en France par Gallimard sous le titre La couleur de la guerre.

Il a fuit la Russie en février 2017 après avoir reçu des menaces de mort, consécutives à une violente campagne sur Internet et sur les télévisions russes.