Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

L'Union européenne face aux désirs séparatistes

vendredi 27 octobre 2017 à 17:46 Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Alsace et France Bleu

Le Sénat espagnol autorise la mise sous tutelle de la Catalogne, du jamais vu en quarante ans de démocratie pour la région catalane. En réponse, les séparatistes ont proclamé leur indépendance. L'Europe sous tensions face aux velléités indépendantistes.

Le Parlement proclame l’indépendance de la Catalogne
Le Parlement proclame l’indépendance de la Catalogne © Maxppp - ZUMA PRESS/MAXPPP/MAXPPP

"Un État indépendant prenant la forme d'une République". Le Parlement de Catalogne adopte ce vendredi une résolution pour marquer sa rupture avec l'Espagne. Le Sénat espagnol autorise lui, la mise sous tutelle de la région catalane. Après la Catalogne, d'autres régions pourraient elles aussi rêver d'indépendance. Dans certaines d'entre elles, la procédure vers l'autonomie est déjà bien entamée. Notamment en Italie où les régions de la Lombardie et de la Vénétie ont voté "oui" le 22 octobre pour plus d'autonomie face à Rome.

Les régions de Lombardie et Vénétie réclament plus d'autonomie - Visactu
Les régions de Lombardie et Vénétie réclament plus d'autonomie © Visactu

Des régions très riches

Elles demandent leur indépendance parce qu'elles affichent une bonne santé économique. En Italie, les 15 millions d'habitants de la Lombardie et de la Vénétie pèsent 30% du PIB national. En Espagne, la Catalogne représente 20% du PIB du pays. En ce qui concerne la Flandre assez riche également, les partisans de l'indépendance ne veulent plus "payer pour la Belgique". Enfin, les Écossais auraient un PIB par habitant de 30.000 euros. C'est plus que la France et le Royaume-Uni si l'Écosse votait "oui" pour son indépendance en automne 2018, après les négociations du Brexit.

La montée des régionalismes et velléités indépendantistes - Visactu
La montée des régionalismes et velléités indépendantistes © Visactu

Est-ce-que l'Europe doit avoir peur de ces volontés d'autonomie ?

L' Union européenne redoute l'effet domino. Jean-Claude Juncker le président de la Commission européenne "ne veut pas d'une Europe à 98 États". En fait, le président de l'exécutif européen n'aimerait pas que l'indépendance de la Catalogne donne des idées nationalistes à d'autres séparatistes européens. En Italie, le scrutin a été porté par la Ligue du nord, un parti populiste et xénophobe. Des extrêmes qui inquiètent les dirigeants européens. En ce qui concerne la Catalogne, les institutions européennes sont dans la nouveauté. Puisque les catalans estiment qu'ils ont un avenir au sein de l'UE. Mais ils devront formuler une demande d'adhésion et Madrid peut imposer son veto. Ce nouveau cas de figure pourrait donner des idées à d'autres séparatistes.

Quelle action pour l'UE ?

Dans le conflit entre séparatistes catalans et gouvernement espagnol, l'Union européenne a choisi son camp. "L'Espagne reste notre seule interlocutrice" a dit Donald Tusk, le président du Conseil européen.

L' Union européenne applique la ligne de l'ONU. Chaque État est souverain et doit gérer les désirs d'autonomie. À Bruxelles, la Commission et les Etats membres sont prêts à faire une médiation mais si et seulement si, Madrid et Barcelone le souhaitent.

►► Retrouvez toute l'actualité européenne sur la page de l'émission Tous européens.