Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La Corée du Nord a réalisé son sixième essai nucléaire

dimanche 3 septembre 2017 à 9:43 Par Blandine Costentin, France Bleu

La Corée du Nord a réalisé dans la nuit de samedi à dimanche son sixième essai nucléaire : l'information est confirmée par le voisin du Sud et le Japon. La dictature de Pyongyang affirme avoir testé avec succès une bombe H, la bombe à hydrogène. L'explosion a provoqué un séisme.

L'essai nucléaire a provoqué un séisme (photo prise dans un centre d'études en Corée du Sud).
L'essai nucléaire a provoqué un séisme (photo prise dans un centre d'études en Corée du Sud). © AFP - Jung Yeon-Je

Après des semaines de tensions entre la Corée du Nord, ses voisins asiatiques et les Etats-Unis, c'est une nouvelle provocation de Pyongyang. La dictature coréenne revendique son sixième essai nucléaire, réalisé dans la nuit de samedi à dimanche. Le gouvernement japonais le confirme, en se fondant sur les secousses telluriques détectées par plusieurs agences géologiques et condamne fermement. Selon la Corée du Sud, le séisme artificiel, de magnitude 6,3, provoqué par l'explosion était le plus puissant de tous ceux causés par les tests nord-coréens.

Les tests nucléaires en Corée du Nord depuis 2006. - Visactu
Les tests nucléaires en Corée du Nord depuis 2006. © Visactu

Une bombe H ?

La Corée du Nord affirme que l'explosif testé est une bombe à hydrogène, une bombe H, particulièrement puissante et que c'est une "réussite parfaite". Les médias officiels ajoutent que cet engin peut être monté sur ses missiles à longue portée. Pour le moment, des analystes étrangers doutent de la capacité de Pyongyang de fabriquer une telle bombe et de la miniaturiser suffisamment pour l'installer sur un missile.

Un essai condamné à travers le monde

La Chine, qui est pourtant un allié de la Corée du Nord, "condamne vigoureusement" l'essai nucléaire de Pyongyang. A Séoul, le président sud-coréen demande "la punition la plus forte". Le Japon a adressé une protestation à l'ambassade nord-coréenne à Pékin et qualifié ce test d'"extrêmement impardonnable". Le président des Etats-Unis Donald Trump qui avait, en juillet, promis "le feu et la colère" à la Corée du Nord, a dénoncé ce dimanche des "mots et actions très hostiles et dangereux pour les Etats-Unis."

Le président français Emmanuel Macron, qui a condamné "avec la plus grande vigueur" ce nouvel essai nucléaire "appelle les membres du Conseil de sécurité de l'ONU à réagir rapidement.

Une escalade progressive depuis le mois de juillet

Depuis le mois de juillet, la situation s'est encore tendue dans la région : la Corée du Nord a procédé à deux essais réussis d'un missile balistique intercontinental et Pyongyang a menacé de tirer, à titre d'avertissement, plusieurs missiles à proximité de l'île de Guam, un territoire américain dans l'océan Pacifique. Enfin, dans la dernière semaine d'août, le régime de Kim Jong-Un a lancé un missile de portée intermédiaire qui a survolé le Japon, avant de tomber dans l'océan.