Infos

La France cède un petit bout de son territoire à la Principauté d'Andorre sur la commune de Porta

Par Sébastien Berriot, France Bleu Roussillon et France Bleu dimanche 24 janvier 2016 à 20:22

C'est dans le secteur du Pas-de-la-Case que la frontière a été modifiée
C'est dans le secteur du Pas-de-la-Case que la frontière a été modifiée © Maxppp

La France a perdu 26 hectares à la frontière entre les Pyrénées-Orientales et l'Andorre. C'est le résultat d'un accord bilatéral signé en 2012 entre Paris et Andorre-la-Vieille. Le nouveau tracé de frontière dans le secteur du Pas-de-la-Case est entré en vigueur il y a quelques semaines.

Le département des  Pyrénées-Orientales et la France ont perdu un tout petit bout de leur territoire : 26 hectares de terrain de montagne et d'étangs situés sur la commune de Porta(66).

C'est la conséquence d'un accord international signé entre la France et l'Andorre en 2012 et qui est entré en vigueur il y a quelques semaines.

Les deux états ont renégocié leur frontière dans le secteur du Pas de la Case. C'était une demande des Andorrans pour régler des problèmes d'approvisionnement en eau potable. Les 26 hectares ont donc été cédés à la principauté.

Radio France
© Radio France - Sébastien Berriot

Cet accord est le résultat de longues négociations . Il met un terme à un vieux bras de fer entre la France et l'Andorre sur la question de l'eau. En 1988, on avait frôlé l'incident diplomatique lorsque les Andorrans s'étaient emparés de manière unilatérale de la source de l'Ariège pourtant en territoire Français sur la commune de Porta.

Une action commando avait été montée par le maire de Porta de l'époque. Avec plusieurs conseillers municipaux, il s'était rendu personnellement sur place pour couper la vanne à la sortie de la prise d'eau. En toute illégalité, la police Andorrane avait alors franchi la frontière pour tenter d’interpeller le maire en territoire français. Des coups de feu en l'air avaient même été tirés et les gendarmes de Prades avaient du venir sur place.

Depuis, la tension est retombée et les bonnes relations entre l'Andorre et la France ont permis d'aboutir à cet accord. Les 26 hectares cédés à la principauté vont permettre d'assurer l'approvisionnement du Pas de la Case en eau potable. Les Andorrans ont désormais le contrôle de la moitié de l'étang des Abeillettes qui fournit cette eau potable.

L'intérêt supérieur entre les deux états a prévalu, même si localement l'accord a du mal à passer. À Porta, on demande des garanties pour que les hectares donnés à l'Andorre restent quand même propriété de la commune. Côté andorran, on estime qu'avec le nouveau tracé, la France a certes cédé des terres, mais elle en aurait aussi récupéré un peu plus loin.

La nouvelle frontière est maintenant officielle sur les cartes. Elle doit par la suite être matérialisée avec la pose de bornes sur le terrain. Une commission mixte franco-andorrane est chargée de réaliser ce travail, même si aucun date n'a été fixée.

Partager sur :