Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La France engage une procédure de retrait de la Légion d'honneur de Bachar Al-Assad

lundi 16 avril 2018 à 21:39 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'Elysée a annoncé ce lundi soir que la France avait engagé une procédure de retrait de la Légion d'honneur "à l'endroit Bachar Al-Assad". Le président syrien s'était vu remettre la Légion d'honneur par son homologue français, Jacques Chirac, lors d'un voyage officiel en France, en 2001.

Bachar al-Assad , le dirigeant syrien en 2015
Bachar al-Assad , le dirigeant syrien en 2015 © Maxppp - ALEXEY DRUZHINYN/RIA NOVOSTI/POO

L'Elysée confirme ce lundi soir "qu'une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d'honneur", la plus haute distinction française créée par Napoléon Ier, "à l'endroit de Bachar al-Assad a bien été engagée" par le président Emmanuel Macron. Le dirigeant syrien est accusé d'avoir mené une attaque chimique sur  la ville rebelle de Douma. En réaction à cette attaque, des frappes aériennes coordonnées de Paris, Washington et Londres ont été menées, dans la nuit du 13 au 14 avril.

"Des actes contraires à l'honneur"

Le président syrien avait été fait grand-croix (le plus haut grade) de la Légion d'honneur par Jacques Chirac en 2001, peu après avoir succédé à son père Hafez al-Assad à la tête du pays.

La procédure de retrait de la Légion d'honneur appartient au Grand maître de la Légion d'honneur, à savoir le président de la République en exercice. Depuis 2010, un décret permet de déchoir plus facilement un étranger ayant "commis des actes contraires à l'honneur". Emmanuel Macron a déjà engagé l'an dernier la même démarche de déchéance contre le producteur américain Harvey Weinstein, accusé d'agressions sexuelles et de viol.