Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La France et cinq pays européens prêts à accueillir des migrants, secourus par le navire de l'ONG "Open Arms"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Six pays européens, la France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg, se disent prêts ce jeudi à accueillir des migrants, secourus par le navire humanitaire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms. 134 migrants attendent depuis plusieurs jours de rejoindre la terre ferme.

Six pays de l'UE sont prêts à recevoir des migrants secourus par le navire "Open Arms".
Six pays de l'UE sont prêts à recevoir des migrants secourus par le navire "Open Arms". © AFP - LLUIS GENE

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte l'a annoncé ce jeudi dans une lettre ouverte, adressée au ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini : "La France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l'Espagne et le Luxembourg viennent à peine de m'indiquer qu'il sont prêts à recevoir des migrants. Encore une fois, mes homologues européens nous tendent la main". Au total, 147 migrants secourus par l'ONG espagnole, se trouvent actuellement sur ce navire, à côté de l'île italienne de Lampedusa.

Matteo Salvini désavoué 

Six pays de l'Union Européenne se montrent solidaires, alors même que l'Italie refuse d'accueillir ces migrants, par la voix de Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, chef de la Ligue (extrême droite). Au début du mois d'août, il avait signé un décret pour interdire au navire Open Arms d'accéder aux eaux italiennes, au nom de la défense de l'ordre public. Mais cette décision a été balayée ce mercredi, grâce à un recours déposé par l'ONG espagnole Open Arms.

Une "assistance immédiate" pour certains migrants à bord

Le tribunal administratif italien a par ailleurs jugé que les migrants "qui en ont le plus besoin" doivent recevoir une "assistance immédiate". Les juges administratifs n'ont toutefois pas précisé si le navire Open Arms devait être autorisé à accoster et si les migrants pouvaient débarquer. La ministre italienne de la Défense Elisabetta Trenta avait déjà mobilisé ce mercredi deux navires pour escorter l'Open Arms et évacuer 32 mineurs qui avaient déjà passé deux semaines à bord.

Ce vendredi, le navire a pu débarquer une poignée de migrants, mais restait à l'ancre à quelques centaines de mètres du port de l'île italienne de Lampedusa, dans l'attente de la concrétisation de l'accord de répartition européen. Une dizaine de personnes ont été évacuées d'urgence du navire pour des soins médicaux, dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué l'ONG. Il reste désormais 134 migrants, à bord depuis deux semaines.

Le navire de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), l'Ocean Viking, cherche également un port pour plus de 350 migrants. Il se dirige actuellement vers le nord et se trouve bien au delà de Lampedusa et de Malte.