International

La France et l'Inde signent un accord pour la vente de 36 Rafale

Par Julien Baldacchino, France Bleu Gironde et France Bleu lundi 25 janvier 2016 à 10:41 Mis à jour le lundi 25 janvier 2016 à 11:54

Conçu à la fin des années 80, le Rafale a été mis en service en 2001
Conçu à la fin des années 80, le Rafale a été mis en service en 2001 © Maxppp

La France et l'Inde ont conclu ce lundi un accord pour l'acquisition de 36 avions de type Rafale, selon le Premier ministre indien. Mais les négociations, qui ont commencé en avril dernier, bloquent encore sur le prix de la transaction.

L'Inde et la France ont signé un accord intergouvernemental, ce lundi, pour la vente de 36 Rafale, l'avion français assemblé à Mérignac (Gironde). Le Premier ministre indien Narendra Modi l'a annoncé dans la matinée. La commande avait été annoncée dès avril 2015, mais les négociations ont été longues en raisons de désaccords sur les prix.

Si l'accord sur la vente est conclu, cette question du prix est encore en suspens. "Nous avons trouvé un accord (...), à l'exception des aspects financiers", a précisé Narendra Modi. Ces modalités financières seront fixées "dans les jours qui viennent" assure François Hollande, actuellement en visite officielle en Inde. Le chef de l'Etat a déclaré que la signature de ce protocole d'accord est "une étape décisive". 

Un contrat à 8,3 milliards d'euros ?

Le contrat, qui permettrait à l'Inde de moderniser son armée, est estimé à 8,3 milliards d'euros. Dans cette nouvelle ronde de discussions, l'Inde souhaite que Dassault investisse jusqu'à 50% du montant du contrat sur le sol indien, selon les médias locaux. 

Même si les Rafale sont produits par une entreprise privée, Dassault Aviation (dont l'Etat est actionnaire à 14%), François Hollande avait prévenu que la signature d'un "contrat commercial" serait conditionnée à celle d'un "accord intergouvernemental". En 2012, des premières négociations autour de l'achat de 126 appareils avaient échoué.

Aucun(e)

Les discussions entre les deux pays se poursuivent également dans l'objectif de boucler la vente de six réacteurs nucléaires EPR. François Hollande et le Premier ministre indien ont pressé les entreprises concernées par le projet "de conclure un accord technico-commercial d'ici la fin 2016".