Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La justice turque rejette la demande de mise en liberté de Loup Bureau

vendredi 25 août 2017 à 18:50 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu

C'est son avocat qui l'annonce ce vendredi soir sur Twitter : la demande de remise en liberté du jeune journaliste nantais Loup Bureau a été rejetée par la justice turque. Originaire d'Orvault, le jeune homme de 27 ans est incarcéré depuis le 26 juillet.

Loup Bureau est emprisonné en Turquie depuis le 26 juillet dernier
Loup Bureau est emprisonné en Turquie depuis le 26 juillet dernier - Comité de soutien de Loup Bureau

Loup Bureau reste en prison. La justice turque a rejetée ce vendredi la demande de libération du jeune journaliste nantais. C'est son avocat qui l'annonce sur son compte Twitter. "Nous venons d'apprendre le rejet de la demande de liberation déposée au nom de #LoupBureau. C'est un combat. Il continue."

Incarcéré depuis le 26 juillet

Une autre avocate, Rusen Aytac, affirme, elle aussi sur Twitter, que Loup Bureau a été "affecté aujourd'hui dans une autre cellule, sans aucune raison". Elle ajoute qu'il est "désormais privé de télévision, sa seule compagnie".

Interpellé fin juillet en Turquie avec des photos de lui en compagnie de combattants kurdes, il est incarcéré depuis le 26 juillet et accusé par les autorités turques "d'appartenance à un groupe terroriste". Jeudi, lors d'un rassemblement devant la mairie du IVe arrondissement à Paris, une banderole de deux mètres a été déployée sur le fronton du bâtiment, pour demander la libération du Nantais.