Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La Russie annonce l'expulsion de 23 diplomates britanniques

samedi 17 mars 2018 à 12:01 - Mis à jour le samedi 17 mars 2018 à 13:35 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu

En rétorsion aux mesures prises par Londres après l'empoisonnement en Grande-Bretagne d'un ex-espion russe et de sa fille, Moscou annonce ce samedi l'expulsion imminente de 23 diplomates britanniques et la cessation des activités du British Council en Russie. Une réponse anticipée par Theresa May.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov invoque un "principe d'égalité".
Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov invoque un "principe d'égalité". © Maxppp -

L'ambiance est de plus en plus tendue entre la Grand Bretagne et la Russie. "Vingt-trois membres du personnel diplomatique de l'ambassade britannique à Moscou sont déclarés persona non grata et vont être expulsés dans la semaine", a annoncé ce samedi matin le ministère russe des Affaires étrangères. Une mesure en réponse aux "actions de provocation" et aux "accusations sans fondement" portées par Londres à propos de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à Salisbury le 4 mars.

Un agent innervant militaire de conception russe a en effet été utilisé pour empoisonner l'ancien agent double russe et sa fille, toujours hospitalisés dans un état "critique". Et la Grande-Bretagne accuse directement la Russie de cette attaque. 

"La réponse de la Russie ne change rien aux faits : la tentative d'assassinat de deux personnes sur le sol britannique, pour laquelle il n'existe pas d'autre conclusion que celle de la culpabilité de l'Etat russe." (Theresa May, Première ministre britannique)

Moscou a également annoncé samedi qu'il mettait fin aux activités en Russie du British Council, l'organisme international britannique pour les relations culturelles et l'éducation, officiellement en raison de son "statut hors régulation"

"Si de nouvelles mesures inamicales étaient prises par Londres à l'égard de la Russie, la Russie se réserve le droit de répondre à son tour par d'autres mesures." (Ministère des Affaires étrangères russe)

"Nous anticipions une réponse de la sorte", a annoncé un porte-parole du Foreign Office britannique. Mercredi, la Première ministre Theresa May avait annoncé l'expulsion de 23 diplomates russes (une mesure inédite depuis la fin de la Guerre froide) et le gel des contacts bilatéraux avec la Russie. Deux jours plus tard, Londres avait jugé "extrêmement probable" que le président russe Vladimir Poutine ait personnellement "ordonné" l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal. Une accusation qualifiée d'"impardonnable" par le Kremlin, à quelques heures des élections russes. Vladimir Poutine s'apprête en effet à remporter un quatrième mandat qui le maintiendra à la tête de la Russie jusqu'en 2024.