International

La Russie s'autorise à intervenir militairement en Ukraine

Par Germain Arrigoni, France Bleu samedi 1 mars 2014 à 16:29 Mis à jour le samedi 1 mars 2014 à 22:05

Des hommes armés patrouillent près du Parlement de Crimée à Simféropol
Des hommes armés patrouillent près du Parlement de Crimée à Simféropol © Maxppp

Le Parlement russe a approuvé samedi l'envoi de troupes en Ukraine, à la suite d'une demande en ce sens du président Vladimir Poutine qui n'a pas encore pris de décision concernant le recours à la force. Alors que l'armée ukrainienne est en état d'alerte, la communauté internationale multiplie les appels au calme.

La Russie est désormais officiellement prête à intervenir militairement. Le Conseil de la Fédération russe a donné son feu vert à l'envoi de troupes en Ukraine. Son éventuelle mise en oeuvre est désormais entre les mains de Vladimir Poutine : "C'est le président qui prend la décision. Pour le moment, il n'y a pas de décision en ce sens" , a affirmé son porte-parole Dmitri Peskov.Réunis en session extraordinaire, les élus de la chambre haute du Parlement ont approuvé à l'unanimité la demande présentée peu auparavant par Vladimir Poutine d'autoriser "le recours aux forces armées russes sur le territoire de l'Ukraine, jusqu'à la normalisation de la situation politique dans ce pays " .

L'armée ukrainienne en état d'alerte

A Kiev, les nouvelles autorités pro-européennes ont mis plusieurs heures à réagir à ce nouveau tournant. "J'ai donné l'ordre de mettre l'armée en état d'alerte , de renforcer la protection des centrales nucléaires, des aéroports et des sites stratégiques" , a déclaré le président par intérim Olexandre Tourtchinov à l'issue d'une réunion du conseil de sécurité nationale et de défense. D'autres, comme l'ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko, ont appelé samedi à la "mobilisation générale ". L'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko a appelé au calme et à ne pas entrer dans le jeu de Moscou.

Sur le terrain, la tension avait déjà franchi un cap en Crimée. Dans la matinée, le ministre ukrainien de la Défense accusait la Russie d'avoir déjà envoyé ces derniers jours 6.000 soldats en Crimée, région où l'ethnie russe est majoritaire.

Hollande : "tout doit être fait" pour éviter une intervention russe

Le président François Hollande a estimé samedi que "tout devait être fait pour éviter une intervention extérieure" en Ukraine, ajoutant qu'un recours à la force par la Russie ferait peser "des menaces réelles sur l'intégrité territoriale et la souveraineté" du pays.Le président Barack Obama a réuni son équipe de sécurité nationale après avoir averti du "coût" sur la scène mondiale d'une éventuelle intervention russe en Ukraine. Le Premier ministre britannique, David Cameron , a déclaré qu'une telle action n'aurait aucune "justification" tandis que la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton , a "déploré" une éventuelle utilisation des "forces armées en Ukraine" .

Réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

À New York, les ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entamé samedi soir des consultations à huis clos à la demande du Royaume-Uni.Quant aux ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, ils tiendront lundi une réunion d'urgence à Bruxelles afin d'évoquer la situation.

crimée  - Aucun(e)
crimée