Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Clermont-Ferrand affiche son soutien au journaliste Khaled Drareni

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Ce lundi 28 septembre, le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi a déployé une banderole de soutien au journaliste Khaled Drareni sur la façade de l'Hôtel de Ville. Ce journaliste est condamné à deux ans de prison ferme pour avoir couvert les manifestations contre le régime algérien.

Une banderole de soutien au journaliste Khaled Drareni a été déployée sur la façade de l'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand
Une banderole de soutien au journaliste Khaled Drareni a été déployée sur la façade de l'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand © Radio France - Romane Porcon

La mairie de Clermont-Ferrand affiche son soutien au journaliste algérien Khaled Drareni. Ce lundi 28 septembre, le maire Olivier Bianchi, accompagné de Christophe Deloire le secrétaire général de Reporters sans frontières, a déployé une banderole sur la façade de l'Hôtel de Ville pour demander la libération du journaliste. Plusieurs grandes villes se sont déjà engagées dans cette démarche comme Paris, Lyon et Bordeaux. 

Le journaliste Khaled Drareni a été condamné à deux ans de prison ferme en appel pour "atteinte à l'unité nationale" et pour "incitation à attroupement non armé". Détenu depuis le 29 mars, Khaled Drareni a été arrêté après avoir couvert en mars à Alger une manifestation du "Hirak", le mouvement populaire d'opposition au pouvoir algérien. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce soutien affiché de la ville de Clermont-Ferrand est très important selon Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. "C'est extrêmement utile dans le cadre de campagnes qui sont des campagnes globales pour la liberté de la presse d'avoir des collectivités territoriales et une mairie comme celle de Clermont-Ferrand qui se mobilisent. C'est un signe envoyé au pouvoir algérien, à un pouvoir autoritaire qu'il y a une mobilisation qui dépasse les acteurs classiques. Ce signe permettra de travailler à la libération de Khaled Drareni qui malheureusement a été condamné à deux ans de prison pour strictement rien, simplement pour avoir couvert des manifestations pacifiques." D'autres villes devraient apporter leur soutien au journaliste algérien notamment la ville de Nancy et de Brest. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi c'était indispensable d'être présent pour défendre la liberté de la presse. "Le constat que nous faisons, c'est une détérioration des relations entre la presse et les gouvernants. Pour que les citoyens puissent avoir une vision critique, c'est de dire que nous pensons que nous avons besoin de ces journalistes y compris dans leur esprit critique, y compris dans leur dimension irritante parce qu'ils font un contre pouvoir et ils permettent d'éclairer les citoyens. Une ville a tout à fait légitimité pour dire que nous pensons que les journalistes quand ils sont maltraités dans les régimes autoritaires ne devraient pas l'être et encore moins dans nos régimes démocratiques quelques fois les tentations sont là de leur refuser l'accès à tel endroit, de ne pas leur donner les informations ou de mettre en place des réformes qui viseraient à réduire leur capacité à couvrir tel événement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess