Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Le Conseil de sécurité réclame à l'unanimité une trêve humanitaire en Syrie

samedi 24 février 2018 à 22:27 Par Oanna Favennec, France Bleu

Le texte adopté par le Conseil de sécurité ce samedi prévoit un cessez-le-feu d'un mois pour permettre l'acheminement d'aide humanitaire.

Les bombardements continuaient ce samedi dans la Ghouta orientale.
Les bombardements continuaient ce samedi dans la Ghouta orientale. © AFP - Diaa Al Din

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté ce samedi une résolution demandant une trêve humanitaire en Syrie, alors que selon l’observatoire syrien des droits de l’homme, plus de 500 civils ont été tués en une semaine sous les bombes du régime de Bachar El Assad dans la Ghouta orientale, une zone proche de la capitale syrienne Damas. La résolution a été prise à l’unanimité.

Le texte adopté, maintes fois amendé, "réclame que toutes les parties cessent les hostilités sans délai pour au moins trente jours consécutifs en Syrie pour une pause humanitaire durable", l’objectif étant "de permettre la livraison régulière d'aide humanitaire, de services et l'évacuation médicale des malades et blessés les plus graves". La résolution appelle également "à la levée immédiate des sièges de zones habitées dont la Ghouta orientale, Yarmouk, Foua et Kefraya".

Une application aléatoire

Le texte sera-t-il appliqué ? À la demande de Moscou, des exceptions ont été prévues au cessez-le-feu, concernant notamment des groupes jihadistes. Reste à savoir comment le texte sera interprété, Damas qualifiant de « terroristes » les rebelles soutenus par l’Occident. Le Conseil de sécurité de l’Onu doit se réunir à ce sujet dans quinze jours.