International

Le Japon se recueille six ans après le tsunami et la catastrophe de Fukushima

Par Eric Turpin, France Bleu samedi 11 mars 2017 à 11:37

Les Japonais se recueillent à la mémoire des victimes de tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima.
Les Japonais se recueillent à la mémoire des victimes de tsunami et de la catastrophe nucléaire de Fukushima. © Maxppp -

Six ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le Japon s'est recueilli samedi matin à la mémoire des victimes. Une minute de silence a été observée à 5h46 heure française dans tout le pays.

C'était il y a tout juste six ans. Un terrible tremblement de terre secouait le Japon, provoquant une gigantesque vague meurtrière et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Six ans plus tard, le pays s'est recueilli samedi matin à la mémoire des victimes.

Une minute de silence a été observée dans tout le pays à 5h56 heure française, autrement dit à l'heure précise où la terre s'est mise à trembler. Comme les années précédentes, des milliers de personnes se sont rendues sur les plus de 500 kilomètres de côtes des régions sinistrées du nord-est de l'archipel.

Lâcher de colombes

A Natori, une des villes les plus touchées, une centaine de personnes, principalement des parents et amis des enfants morts de l'école locale, ont lâché dans le ciel bleu des ballons en forme de colombes. Des messages y étaient accrochés. On pouvait lire par exemple : "Vous vivrez éternellement dans nos mémoires".

Ailleurs, des habitants ont jeté des fleurs dans l'océan en hommage aux victimes de la triple catastrophe. Le tremblement de terre, suivi d'un tsunami et de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima ont fait près de 20 000 morts et disparus. 123 000 japonais ont été déplacés à cause de la catastrophe nucléaire, chassés par les radiations.

Six ans après  le tsunami, des ballons gonflables en forme de colombes ont été lâchés à Natori au Japon - AFP
Six ans après le tsunami, des ballons gonflables en forme de colombes ont été lâchés à Natori au Japon © AFP - Kazuhiro Nogi