Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Le maire de Metz et son homologue de Trêves demandent plus d'argent au Luxembourg

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Dominique Gros, avec Wolfram Leibe, réclame une plus grande compensation fiscale au Luxembourg - 200 millions - pour les 100.000 frontaliers français qui payent leurs impôts au Grand-Duché mais qui vivent et utilisent les services en France, des services à la charge des collectivités françaises.

Le maire de Metz Dominique Gros en conférence de presse dans le cadre des élections européennes avec Charlotte Picard et Raphael Pitti, de la liste PS-Place Publique
Le maire de Metz Dominique Gros en conférence de presse dans le cadre des élections européennes avec Charlotte Picard et Raphael Pitti, de la liste PS-Place Publique © Radio France - Cécile Soulé

Metz, France

Coup de gueule du maire de Metz concernant le Luxembourg. Dans le cadre de la campagne des élections européennes et des enjeux d'"harmonisation sociale et fiscale", Dominique Gros, qui soutient la liste PS-Place publique, demande une plus grande compensation fiscale au Grand-Duché sur la question des frontaliers. Il a co-signé ce lundi avec le maire de Trêves en Allemagne un courrier adressé au Président Macron et à la Chancelière Merkel. 

Dominique Gros demande plus de compensation fiscale au Luxembourg

200.000 frontaliers au Luxembourg

Pour le maire de Metz, l'équation n'est clairement pas en faveur des territoires frontaliers français et allemands. Les 200.000 frontaliers au Luxembourg, dont 100.000 Français et 45.000 Allemands, payent leur impôt sur le revenu au Grand-Duché mais vivent de l'autre côté de la frontière. Selon Dominique Gros, le Luxembourg engrange des revenus fiscaux sans avoir la charge des services (écoles, transports, culture) utilisés par les frontaliers.  

On nous demande d'élargir l'A31, de faire des trains plus grands mais au seul bénéfice du Luxembourg!

Une situation injuste pour Dominique Gros :  "En Lorraine, nous avons des frais considérables et il serait normal que le Luxembourg rééquilibre les choses en notre faveur". Le maire de Metz a chiffré la compensation fiscale en faveur des collectivités locales françaises à 200 millions d'euros par an. Sachant que selon l'élu, la Suisse verse 160 millions d'euros par an à la France en compensation fiscale pour ses frontaliers. "On nous demande d'élargir l'A31, de faire des trains plus grands, mais tout ça au seul bénéfice du Luxembourg!", tempête Dominique Gros qui espère "un rendez-vous fiscal tôt ou tard" avec le voisin luxembourgeois.  

Les frontaliers pris pour cible?

La sortie de Dominique Gros fait réagir certains frontaliers et notamment la conseillère municipale d'opposition Christine Singer "_quand on ne sait pas gérer sa commune, il est ahurissant de demander aux autres de contribuer financièrement à redresser son budget_, sans participer soi-même à faire baisser la dépense publique" dit Christine Singer, présidente d'objectif France Grand Est dans un communiqué. "Le maire de Metz relance à nouveau ce sujet alors que celui-ci a été revu et clôturé à l’Elysée même où Emmanuel Macron recevait le Grand Duc Henri, il y a moins de 1 an, en mars 2018" ajoute t-elle. Elle parle de "coup de pub malvenu" et rappelle que "Selon l’INSEE, seuls 17 % des revenus des frontaliers sont dépensés à Luxembourg. Le reste, ce sont nos territoires qui en profitent". Metz compte 6.000 travailleurs frontaliers, Christine Singer craint que les frontaliers ne soient "cibles de raccourcis au sein même des 2 pays"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu