Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Le parlement de Catalogne proclame l'indépendance

vendredi 27 octobre 2017 à 15:46 - Mis à jour le vendredi 27 octobre 2017 à 21:08 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Roussillon et France Bleu

Le parlement catalan a adopté ce vendredi une résolution unilatérale d'indépendance. Une déclaration de rupture avec l'Espagne. De son côté, Madrid a autorisé la mise sous tutelle de la Catalogne. Mariano Rajoy et Carles Puigdemont ont appelé chaque camp à garder son calme.

Le drapeau catalan, dans une manifestation à Barcelone
Le drapeau catalan, dans une manifestation à Barcelone © Maxppp -

La résolution a été votée à bulletins secrets ce vendredi après-midi au parlement catalan, en l'absence de l'opposition. Adoptée par 70 députés sur 135, elle déclare que la Catalogne devient un "État indépendant prenant la forme d'une République".

Après avoir voté, les députés séparatistes ont entonné l'hymne indépendantiste, alors que plusieurs dizaines de milliers de manifestants saluaient cette annonce par des clameurs de joie dans les rues de Barcelone.

"Nous constituons la République catalane, comme État indépendant et souverain, de droit, démocratique et social." (Extrait de la résolution du parlement de Catalogne)

Dans ses attendus, la résolution demande à l'exécutif catalan de négocier la reconnaissance de l'indépendance à l'étranger, même si aucun État n'a manifesté son soutien aux séparatistes.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a réaffirmé sur son compte Twitter que l'Espagne reste la "seule interlocutrice de l'Europe", alors que les États-Unis ont fait savoir qu'ils soutenaient "l'unité" du pays. De son côté, le président Macron a assuré Madrid de son "plein soutien" et le gouvernement allemand a déclaré ne pas reconnaître "une telle déclaration d'indépendance".

"J'ai un interlocuteur en Espagne, c'est le Premier ministre Rajoy (...) Il y a un État de droit en Espagne, avec des règles constitutionnelles. Il veut les faire respecter et il a mon plein soutien." (Emmanuel Macron)

Rupture avec Madrid

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a immédiatement réagi sur Twitter en promettant de "restaurer la légalité" en Catalogne et a demandé à tous les Espagnols de "garder leur calme". Le dirigeant conservateur a convoqué un conseil des ministres extraordinaire en fin de journée.

Quelques minutes après l'annonce de Barcelone, le Sénat espagnol a autorisé la mise sous tutelle de la Catalogne et la destitution de ses dirigeants indépendantistes, dont le président de la Généralitat, Carles Puigdemont, lequel a appelé les Catalans à rester "sur le terrain de la paix et du civisme".

La dernière tentative de la Catalogne pour déclarer son indépendance remonte à 1934, lorsque le président de l'époque Lluis Companys avait proclamé une "République catalane" au sein d'une "République fédérale espagnole".

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu