Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Le Préfet de la Mayenne, un ancien espion, a-t-il été envoyé en Israël en 2010 pour déminer une situation délicate ?

vendredi 27 juillet 2018 à 14:30 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne et France Bleu

Nos confrères du journal Le Monde racontent que Frédéric Veaux, l'actuel Préfet de la Mayenne, serait intervenu en 2010 auprès des services secrets israéliens après l'exécution d'un membre d'une organisation islamiste. A l'époque, il était numéro deux du renseignement intérieur.

Le préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, était en visite pour l'opération simulation.
Le préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, était en visite pour l'opération simulation. © Radio France - Fabien Burgaud

Le Monde évoque, dans sa série estivale consacrée aux espions, une affaire qui s'est déroulée en 2010. 

En janvier de cette année-là, un commando du Mossad, les services secrets de l'Etat hébreu, exécutait l'un des fondateurs de la branche armée de l'organisation Hamas à Dubaï. Selon le récit de nos confrères, cette opération a été coordonnée depuis Paris où le Mossad serait très actif. 

Le gouvernement et les différents services français connaissent parfaitement les activités du Mossad dans la capitale explique notre confrère. 

Frédéric Veaux est alors intervenu dans cette affaire poursuit Le Monde et voici l'extrait de l'article qui parle de son rôle dans cette troublante affaire, un rôle d'émissaire en quelque sorte :

« Contrairement aux autres pays, la France ne fait aucun commentaire public condamnant la manœuvre des autorités israéliennes. Paris préfère dépêcher sur place deux cadres du renseignement, des hommes solides et peu causants : Patrick Calvar, alors directeur du renseignement à la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), et Frédéric Veaux, numéro deux de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue depuis la DGSI). À charge pour eux de se plaindre au patron du Mossad, Meir Dagan, en lui disant en substance, selon une personne familière du dossier : “Même si nous savons tout, nous ne ferons pas comme les Irlandais ou les Britanniques. Nous resterons amis, mais ce ne sera pas gratuit.” Il est impossible de savoir ce que le Mossad a offert, ce jour-là, en échange du silence de la France, mais la seule monnaie qui compte, dans le monde de l’espionnage, est celle du “renseignement”, autrement dit des informations. »

Contacté, le Préfet de la Mayenne Frédéric Veaux n'a fait aucun commentaire.