Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les 10 ans du tsunami : un pompier stéphanois témoigne

- Mis à jour le -
Par France Bleu Saint-Étienne Loire

26 décembre 2004. Un puissant séisme provoque un énorme tsunami en Asie. Près 230.000 personnes disparaissent, les trois quarts en Indonésie, dans la province de Banda Aceh. C'est là que se rendent le capitaine Giron des pompiers de la Loire et une douzaine de confrères français. Ils sont les premiers à accéder aussi près de l'enfer.

Le Commandant Giron, à Banda Aceh (Indonésie) en décembre 2004
Le Commandant Giron, à Banda Aceh (Indonésie) en décembre 2004 © Radio France

Il y a dix ans, jour pour jour, des vagues allant jusqu’à 20 mètres de haut s’abattent sur l’Asie du Sud-Est. Le tsunami touche 14 pays et fait près de 230 000 morts. Située tout près de l’épicentre du séisme de 9,1 de magnitude, la province d’Aceh en Indonésie, au Nord de Sumatra, a été la région la plus meurtrie avec plus de 160 000 morts ou disparus et un demi-million de sans-abris.

Tsunami MT

Le capitaine Jérôme Giron a alors 32 ans, il dirige l'école de formation des pompiers de la Loire. Déjà habitué des missions humanitaires, il s'engage avec une douzaine de pompiers français, via l'association Pompiers Sans Frontières . Immédiatement, ils choisissent de se rendre au plus près des sinistrés, à Banda Aceh . Un autre Stéphanois l'accompagne, l'adjudant Louis-Philippe Collard, aujourd'hui en poste au Sdis de Saint-Étienne.

On a peine à imaginer ce qui a pu se passer, la force de cet évenement naturel. Des odeurs très très fortes car il y a des dizaines de morts. L'impression aussi que la terre bouge encore car il y a des répliques. Le chaos. On n'y est pas habitué. On a gardé des flashes parfois inconfortables pendant des années.

Tsunami SON

Le capitaine Giron est resté trois semaines sur place. Avec son équipe, il a monté des postes médicalisés avancés et des points d'accès à l'eau potable.

Depuis, il est devenu commandant de la caserne de la Métare-Haut Pilat. Il s'occupe également de l'antenne ligérienne des Pompiers Humanitaires Français . Il est d'ailleurs parti il y a cinq ans en Haïti, aider les sinistrés du séisme. C'était le 12 janvier 2010, drame tout aussi meurtrier que le tsunami asiatique. 230.000 Haïtiens y ont perdu la vie.

Tsunami 6h50

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu