Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les Algériens du Berry regardent avec beaucoup d'intérêt les manifestations contre le président Bouteflika

-
Par , France Bleu Berry

Ce vendredi, les Algériens ont de nouveau manifesté en masse pour réclamer le départ du président Bouteflika. Ces événements sont regardés très attentivement par les ressortissants vivant en Berry.

Bouazza, Ben et Ada observent la crise en Algérie depuis Issoudun
Bouazza, Ben et Ada observent la crise en Algérie depuis Issoudun © Radio France - Sarah Tuchscherer

Issoudun, France

Bouazza, Ada et Ben se sont connus par le biais de l'association culturelle musulmane d'Issoudun. Ils ne sont pas de la même génération, mais tous les trois sont nés en Algérie et ils observent avec enthousiasme le soulèvement de leurs compatriotes. Depuis le début des manifestations, en février, le plus jeune, Ben, ne décroche plus des réseaux sociaux qui lui permettent de rester en contact avec ses proches sur place : "on souhaite que ça continue comme ça, qu'ils tiennent le coup parce qu'on n'est pas loin de la victoire. Il reste pas beaucoup, c'est ce qui se dit en Algérie". 

Pas de liberté

La victoire, ce serait la chute du président Bouteflika et du pouvoir dans son ensemble. Un pouvoir corrompu, explique Bouazza : "ça fait des années qu'on s'enrichit sur le dos du peuple. Il y a des gens qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts alors que le pays est riche". Ada, lui, dénonce un pays cadenassé : "un journaliste parle, il part en prison, les hommes politiques ne peuvent rien dire non plus, il n'y a pas de liberté".  Pour Bouazza, arrivé jeune adolescent en France, aujourd'hui retraité, la solution passera par la jeunesse : "c'est l'avenir d'une nation. Les gens à la tête de ce pays ont plus de 80 balais. Ils seraient mieux dans une maison de retraite !"

Les trois hommes ne se font pas d'illusion : le changement prendra du temps. "Il faut y aller par étapes", dit Bouazza qui suggère qu'un représentant soit désigné dans chaque wilaya (circonscription) avant la nomination d'un gouvernement transitoire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu