Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les Etats-Unis se retirent de l'accord sur le nucléaire iranien, les Européens "déterminés" à le sauver

mardi 8 mai 2018 à 20:38 - Mis à jour le mercredi 9 mai 2018 à 10:51 Par Typhaine Morin, France Bleu

Le président américain a annoncé mardi soir le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Donald Trump estime que cet accord "unilatéral" "n'aurait jamais dû être signé", et que cet accord était "fondamentalement vicié".

Donald Trump a signé une déclaration qui entérine le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.
Donald Trump a signé une déclaration qui entérine le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. © AFP - MARTIN H. SIMON

"J'annonce aujourd'hui que les Etats-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien", a déclaré le président américain Donald Trump dans une allocution télévisée depuis la Maison Blanche mardi soir. Dans le même temps, il annonce le rétablissement des sanctions contre Téhéran. 

Un accord "fondamentalement vicié"

"Cet accord devait protéger les Etats-Unis et ses alliés de l'arme nucléaire iranienne" mais il "a permis à l'Iran de continuer à enrichir l'uranium a permis à l'Iran de ne pas avoir des sanctions économiques", a déclaré le président américain. "C'était un accord unilatéral qui n'aurait jamais dû être signé. Ça n'a pas apporté la paix, ça ne l'apportera jamais, l'accord iranien est fondamentalement vicié".

Le président iranien dénonce une "guerre psychologique" 

Le président iranien Hassan Rohani, qui s'était beaucoup investi dans cet accord, a immédiatement accusé son homologue américain de pratiquer "une guerre psychologique", alors que la décision fracassante de Washington, dénoncée par tous les autres signataires, fait craindre une nouvelle montée des tensions au Moyen-Orient.

Obama dénonce "une grave erreur" 

C'est "une grave erreur", a aussi réagi l'ex-président démocrate Barack Obama, sortant de sa réserve avec un ton particulièrement ferme pour défendre le texte conclu sous son administration.

Les investissements des entreprises européennes menacés 

"Tout pays qui aidera l'Iran dans sa quête d'armes nucléaires pourrait aussi être fortement sanctionné par les Etats-Unis", a mis en garde Donald Trump. Son conseiller à la sécurité nationale John Bolton a même laissé planer la menace de "sanctions supplémentaires". Autrement dit, il sera très risqué pour une entreprise européenne de maintenir ses investissements en Iran. Cela devrait compliquer la tâche des signataires européens de l'accord de 2015, qui espèrent encore sauver les meubles.

Les pays européens veulent sauver l'accord 

"La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine", a déclaré sur Twitter Emmanuel Macron. Dans un communiqué commun, le président français, la chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May, qui s'étaient tous trois investis en vain pour tenter de convaincre Donald Trump de rester dans l'accord, se sont dits "déterminés à assurer la mise en oeuvre" de ce texte en "maintenant les bénéfices économiques" au profit de la population iranienne. Moscou a aussi fait part de sa "profonde déception" et de son "extrême inquiétude".

Malgré le retrait américain, Emmanuel Macron, qui s'était rendu à Washington fin avril, a relancé mardi son initiative visant à travailler "collectivement" à un accord "plus large" couvrant "l'activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient".

Pour jean-Yves Le Drian, l'accord n'est pas mort  

L'accord sur le nucléaire iranien "n'est pas mort", a déclaré ce mercredi matin le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur RTL. Le ministre a précisé qu'Emmanuel Macron devait avoir un entretien avec son homologue iranien Hassan Rohani dans l'après-midi, et que les chefs de la diplomatie de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni rencontreraient lundi des représentants iraniens. 

  - Visactu
© Visactu -