Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Midterms aux États-Unis : les Américains votent ce mardi

mardi 6 novembre 2018 à 11:19 Par Faustine Mauerhan, France Bleu

Les Américains se rendent aux urnes, ce mardi, pour des élections de mi-mandat hors normes qui ont divisé les États-Unis ces dernières semaines. Donald Trump entendait transformer le scrutin en un référendum sur sa personne avant l'échéance présidentielle de 2020.

Les citoyens américains renouvellent le Parlement.
Les citoyens américains renouvellent le Parlement. © Maxppp -

Ce mardi 6 novembre, les citoyens américains sont donc appelés aux urnes pour les élections de mi-mandat, les midterms. Ils doivent élire, entre autres, leurs nouveaux représentants au Congrès, l’équivalent du Parlement américain. Les 435 sièges de la Chambre des représentants sont à renouveler pour les deux prochaines années et un tiers des 100 parlementaires du Sénat américain remettent leur mandat en jeu pour six ans. Ce scrutin est donc celui qui donne, ou pas, une majorité au président.

Mais les Américains élisent aussi leur gouverneur (36 sur 50), leur shérif ou leur maire et se prononcent par référendum sur des questions de société suivant leur États.

Pour ou contre Trump ?

Ce scrutin peut donc devenir un vote sanction contre l’occupant de la Maison blanche. Ces midterms ont d’ailleurs divisé les États-Unis comme rarement dans leur histoire contemporaine. Si les démocrates prennent la majorité à la Chambre, la probabilité du lancement d'une procédure de destitution contre Donald Trump ("impeachment") augmente grandement. 

Les démocrates prendraient la tête de commissions parlementaires qui pourraient alors notamment enquêter sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du milliardaire et la Russie lors de la présidentielle de 2016.

S’ils parviennent aussi à prendre le contrôle du Sénat, alors ce sont toutes les éventuelles nominations de Donald Trump pour la Cour suprême, le système judiciaire fédéral ou des postes exécutifs au sein de l'administration qui pourraient être bloquées. Le Sénat a le dernier mot sur ces choix présidentiels.

Le suspense jusqu’au bout

Voilà sur le papier. À la veille du scrutin, les enquêtes d’opinion semblent tranchées. Le Parti démocrate espère conquérir la majorité à la Chambre des représentants et le Parti républicain semble en mesure de la conserver au Sénat. Les élections aux postes de gouverneurs devraient, elles, se traduire par un rééquilibrage entre les deux partis. Les républicains dirigent actuellement 33 des 50 États.

Mais malgré cette tendance forte, l'élection inattendue de Donald Trump en novembre 2016 pousse les observateurs à la prudence. Certaines circonscriptions sont en effet très disputées, notamment dans les États que le candidat républicain a gagnés il y a deux ans.

L’immigration et la critique des élites au cœur de la campagne

La seule certitude est que la participation à ces élections, d'ordinaire peu attractives, devrait être plus élevée, chaque camp ayant réussi à mobiliser ses partisans au point de provoquer une polarisation de l’électorat. Démocrates et républicains ne sont désormais d'accord sur rien et défendent deux visions du monde très différentes, suivant les clivages entretenus et exacerbés par Donald Trump lui-même, comme il l’avait déjà fait en 2016.

Battant le terrain avec la même provocation et le même goût du conflit, l'homme d'affaires a électrisé ses partisans en reprenant les deux sujets favoris de ses partisans : la dénonciation de l'immigration comme menace de la position dominante des Blancs et la critique des élites représentées par une presse qu'il qualifie de mensongère et partisane.

Pour cela, il faut dire que le président américain a surfé sur l’actualité. Un cortège de migrants partis du Honduras pour fuir la misère est venu apporter de l'eau à son moulin et Donald Trump a exploité l’évènement, annonçant l'envoi de renforts armés à la frontière avec le Mexique. 

La confirmation à la Cour suprême du juge conservateur Brett Kavanaugh, accusé d'abus sexuels lorsqu'il était lycéen, a également provoqué un réveil de l'électorat évangélique, attaché aux questions liées à la famille et à la religion.

Les midterms, élections de mi-mandat permettent de renouveler le Parlement américain. - Visactu
Les midterms, élections de mi-mandat permettent de renouveler le Parlement américain. © Visactu -