International

Limitation de l'immigration : le vote suisse, "préoccupant" ou "naturel" ?

Par Thibaut Lehut, France Bleu lundi 10 février 2014 à 11:22 Mis à jour le lundi 10 février 2014 à 11:40

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères © Maxppp

Les Suisses ont voté dimanche en faveur d'une limite de l'immigration, et provoquent une vague de réactions contrastées à travers l'Europe. A commencer par la France. Le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius dénonce une "mauvaise nouvelle". L'ex-Premier ministre François Fillon estime lui que la décision suisse est "parfaitement naturelle".

"C'est un vote préoccupant parce qu'il signifie que la Suisse veut se replier sur elle-même (...) et c'est paradoxal car la Suisse fait 60% de son commerce extérieur avec l'Union européenne". Laurent Fabius ne voit pas d'un bon œil le vote suisse effectué dimanche, qui limite l'immigration.

Quel impact sur les relations avec l'UE ?

Le ministre des Affaires Etrangères, interrogé sur RTL ce lundi matin, est même allé plus loin en estimant que ce vote pourrait poser des problèmes diplomatiques avec la Suisse. "On va revoir nos relations" , a-t-il expliqué. "Il y a depuis 1999 des accords qui portent notamment sur la libre circulation des travailleurs et sur beaucoup d'autres éléments et il y a une clause dite de 'guillotine' qui fait que si l'un des éléments est mis en cause, tout tombe, donc ça veut dire qu'il va falloir renégocier".Même son de cloche du côté de l'Union européenne. La Commission a, dimanche, immédiatement "regretté" le vote, et lancé un avertissement, en expliquant qu'elle "examinera les implications de cette initiative sur l'ensemble des relations entre l'UE et la Suisse ".

"Que la France adopte le même système"

L'opposition, en France, n'est pas aussi catégorique. L'ancien Premier ministre François Fillon (UMP) a de son côté estimé que la volonté suisse de réduire son immigration était "parfaitement naturelle". Il a cependant différencié le sort qu'il fallait réserver aux frontaliers et celui des étrangers qui viennent de plus loin. "Je propose depuis des mois que la France ou l'Europe adoptent le même système" , a-t-il rappelé.Le Front national a pour sa part salué "la lucidité du peuple suisse ".

Courte majorité

Les électeurs suisses ont dit "oui" dimanche, à une courte majorité de 50,3%, à une limitation de l'immigration. Le référendum, intitulé "contre l'immigration de masse", avait été organisé à l'initiative du parti UDC (droite populiste).

"Abattre notre prospérité ?" VS "La démesure nuit à la Suisse" : les affiches en faveur du "non" et du "oui" au référendum - Maxppp
"Abattre notre prospérité ?" VS "La démesure nuit à la Suisse" : les affiches en faveur du "non" et du "oui" au référendum © Maxppp
Le texte prévoit le rétablissement de quotas et de contingents pour les étrangers , demandeurs d'asile et frontaliers en fonction des besoins et des possibilités du pays.> Lire aussi : - Les patrons suisses inquiets après le référendum de ce dimanche- Colère et inquiètude des travailleurs frontaliers après la votation suisse contre l'immigration

Partager sur :