International

PORTRAIT - Mais qui est donc l’étrange président Trump ?

Par France Bleu, France Bleu mercredi 9 novembre 2016 à 10:18

Donald Trump et son épouse Melania, devenue citoyenne américaine en 2006
Donald Trump et son épouse Melania, devenue citoyenne américaine en 2006 © Maxppp -

L’homme a créé la surprise en remportant ce mercredi l’élection présidentielle américaine. Touche à tout, magnat de l’immobilier, trois fois mari, cinq fois père : qui est donc le 45e président des Etats-Unis ?

Soixante-dix ans au compteur, Donald Trump est né un 14 juin 1946, à New York. Rapidement envoyé dans une école militaire pour tenter de calmer son tempérament volcanique, il est le quatrième de cinq enfants du riche promoteur immobilier new-yorkais Fred Trump. Trois fois mari, cinq fois père, ce protestant presbytérien rejoindra la firme paternelle en 1968 après des études d’économies, entreprise dont il prendra le contrôle en 1971.

Succès et faillites

Derrière lui, l’homme laissera figés dans le béton des projets immobiliers colossaux (à Manhattan, Chicago, Atlantic City, Las Vegas, Palm Beach… ), mais aussi des faillites : le groupe Trump a déposé le bilan à quatre reprises, en 1991, 1992, 2004 et 2009. Donald Trump, qui a toujours échappé à la faillite personnelle, en a abandonné la présidence quatre jours avant que la dernière banqueroute ne soit déclarée, et que les créanciers du groupe ne se retrouvent spoliés.

A lire aussi :

Donald Trump aux côtés du joueur de baseball Joe DiMaggio, en 1986 - Maxppp
Donald Trump aux côtés du joueur de baseball Joe DiMaggio, en 1986 © Maxppp -

Trump Tower, triplex et Boeing 757

Marié à Melania Trump, ancienne mannequin d'origine slovène de 46 ans, avec laquelle il a un fils, Barron, 10 ans, Donald Trump a élu domicile avec femme et fils dans un triplex aux allures de mini-Versailles, en haut de la Tour Trump sur la Cinquième avenue à New York. Ses enfants adultes, Ivanka, Donald Jr, Eric et Tiffany, sont présents dans la campagne. Il se déplace dans son Boeing 757 privé, qui sert régulièrement d'arrière-plan à ses meetings.

Donald Trump et sa femme Melania, accompagnés de leur fils Barron, à Palm Beach en Floride en 2013 - Sipa
Donald Trump et sa femme Melania, accompagnés de leur fils Barron, à Palm Beach en Floride en 2013 © Sipa
L'entrée de la Trump Tower sur la Ve avenue à Manhattan, où Donald Trump a ses bureaux et son appartement, un luxueux triplex aux allures de mini-Versailles - AFP
L'entrée de la Trump Tower sur la Ve avenue à Manhattan, où Donald Trump a ses bureaux et son appartement, un luxueux triplex aux allures de mini-Versailles © AFP - Robert Harding

En 1999, il rebaptise sa firme "The Trump Organization" et étend son activité à d’autres secteurs, avec plus ou moins de succès : finances, casino, restauration, voyages, golf, mode, alimentation, sports… et concours Miss Univers. En 2015, le magazine Forbes estime à 4,5 milliards de dollars sa fortune personnelle. Un chiffre contesté par l’intéressé, qui en revendique… 10 milliards.

Bateleur décomplexé

Depuis 2003, il est aussi le producteur du programme de télé-réalité The Apprentice, programme auquel il participe. Le public américain y découvre ses formidables talents de bateleur au franc-parler décapant. On retrouvera ce ton décomplexé et parfois violent lors de sa campagne émaillée de crises et attaques en tout genre de sa part : contre un juge latino, contre le père musulman d'un soldat mort en Irak, contre son adversaire démocrate surnommée "Hillary la crapule".

En politique, Donald Trump a souvent changé d’affiliation : démocrate jusqu’en 1987 et de 2001 à 2009, républicain de 1987 à 1999, de 2009 à 2011 et depuis 2012, Reform party ou indépendant dans les autres périodes. Il a tenté de se présenter aux primaires républicaines de 1988, pour le Reform Party en 2000 et en indépendant en 2012.

Accusé de comportements particulièrement déplacés envers les femmes, de sexisme et de xénophobie, il remporte finalement les primaires républicaines fin mai 2016 puis l’élection présidentielle contre Hillary Clinton ce 8 novembre. Donald Trump devient ainsi le 45e président des États-Unis. Quelques semaines plus tôt, le Washington Post diffusait une vidéo tournée à son insu en 2005. On l’y voit assurer à un journaliste que sa fortune et son statut de célébrité lui permettent d'agresser sexuellement des femmes en toute impunité : "On les attrape par la ch(…)te. On peut faire tout ce que l'on veut", l'entend-on dire.

Candidat anti-élites, anti-mondialisation

Porté au pouvoir par la colère d'une partie de l'électorat, Trump a emporté le cœur des Américains se sentant laissés-pour-compte, trahis par les élites, inquiets de la mondialisation et d'accords commerciaux internationaux qu'ils voient comme une menace à leurs emplois. Il avait ainsi promis dans ses derniers meetings de campagne un "Brexit puissance trois". Et assuré qu’il détricoterait méthodiquement la plupart des réformes et avancées initiées par Obama, son prédécesseurs : la réforme de l'assurance santé (Obamacare), la lutte contre le changement climatique (Trump a promis d'"annuler" l'accord de Paris conclu fin 2015), l'accord de libre-échange Asie-Pacifique...

"Cela fait de moi quelqu'un d'intelligent"

Refusant de publier ses feuilles d'impôts, tradition pour les candidats à la Maison Blanche, Donald Trump a reconnu à demi-mots qu'il n'avait pas payé d'impôts fédéraux pendant des années, après avoir déclaré des pertes colossales de 916 millions de dollars en 1995. "Cela fait de moi quelqu'un d'intelligent", avait-t-il alors affirmé.

  - Aucun(e)