Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Metz : 400 personnes ont défilé en soutien au peuple palestinien ce samedi

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Près de 400 personnes ont participé à une manifestation pro-palestinienne dans le centre ville de Metz ce samedi, après plusieurs journées de violences au Proche-Orient entre Israël et le Hamas. Les manifestants attendent que le gouvernement français prenne une position plus claire dans ce conflit.

La manifestation s'est déroulée dans le calme
La manifestation s'est déroulée dans le calme © Radio France - Natacha Kadur

Près de 400 personnes ont défilé dans les rues de Metz ce samedi pour afficher leur soutien au peuple palestinien alors que des violences ont éclaté entre Israéliens et Palestiniens depuis près d'une semaine au Proche-Orient. Les participants étaient venus réclamer l'intervention de la communauté internationale et en premier lieu celle de la France. 

La manifestation prévue le même jour à Paris avait été interdite par le Préfet, à la demande de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, pour éviter les débordements sur ce sujet sensible. 

On peut montrer que les français sont solidaires, et c'est ce qu'il faut montrer à la jeunesse immigrée - Claude, militante de France Palestine 

Son keffieh noir et blanc sur la tête, Claude Abou-Samra avance en guide à travers les ruelles du centre, en tête de cortège. La présidente de l'antenne messine de l'association France Palestine est soulagée d'avoir eu l'autorisation de manifester : « Si on interdit aux gens de s'exprimer, cela provoque plus de violences. Si on arrive à se rassembler, on peut montrer que les français sont solidaires, et c'est ce qu'il faut montrer à la jeunesse immigrée : qu'on est solidaires et qu'on ne laissera pas faire », explique-t-elle.

Le cortège a défilé dans le centre ville avant de s’arrêter Place de la République
Le cortège a défilé dans le centre ville avant de s’arrêter Place de la République © Radio France - Natacha Kadur

Violation du droit international

Si beaucoup étaient venus afficher leur soutien envers la population palestinienne, c'est notamment parce qu'ils les considèrent comme étant persécutés par l'État Hébreu, parlant d' « apartheid » pour qualifier la politique d’Israël vis à vis de la population arabe, indique Yann Yann Tavernet, représentant du collectif BDS 57, qui milite en faveur de sanctions contre Israël. La manifestation avait lieu le jour de la commémoration de la « Nakba » ,  un mot arabe signifiant « grande catastrophe », en référence à la proclamation de l'Etat d'Israël le jour qui précède, le 14 mai 1948. 

Parmi les différents drapeaux qui flottent se distingue la pancarte de René, sur laquelle on lit : « La colonisation est un crime contre l’humanité ». Cet habitant de Yutz fait référence aux propos d'Emmanuel Macron prononcés lors d'un déplacement à Alger en février 2017 : « Ma question c'est : et en Palestine ? » demande le manifestant. « Un mort c'est toujours un mort. Mais 7 du côté israélien, et 120 du côté palestinien. Où est la force ? Où est l'équilibre ? quand on renvoie les gens dos à dos », s'interroge-t-il. 

De nombreux drapeaux palestiniens étaient brandis dans le cortège
De nombreux drapeaux palestiniens étaient brandis dans le cortège © Radio France - Natacha Kadur

Pour Dalila, une thionvilloise membre de France Palestine, la situation est sans équivoque : « des Palestiniens sont chassés de leurs territoires par des colons qui se montrent de plus en plus agressifs », dénonce-t-elle. Pour elle, la communauté internationale doit agir pour apaiser le conflit : « C'est d'abord un problème politique. Il faut qu’Israël respecte le droit international. Et il faut que les droits des Palestiniens soient respectés. Sinon on n'y arrivera jamais, il n'y aura jamais la paix » ajoute-t-elle.

Le cortège s'est rassemblé place de la république pour écouter les prises de paroles des militants des associations France Palestine ou du BDS 57.
Le cortège s'est rassemblé place de la république pour écouter les prises de paroles des militants des associations France Palestine ou du BDS 57. © Radio France - Natacha Kadur
Choix de la station

À venir dansDanssecondess