International

Migrants en Méditerranée : la France accueillera entre 500 et 700 Syriens

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 24 avril 2015 à 7:44

François Hollande à Bruxelles le 23 avril 2015
François Hollande à Bruxelles le 23 avril 2015 © MaxPPP

À l'issue du sommet européen extraordinaire consacré aux migrants en Méditerranée, jeudi soir, François Hollande a déclaré que la France accueillerait entre 500 et 700 réfugiés syriens.

François Hollande a indiqué jeudi à Bruxelles que la France prendrait sa part de l'accueil de réfugiés syriens, à hauteur de "500 à 700" personnes, à l'issue du sommet européen extraordinaire faisant suite à de nouveaux naufrages de migrants en Méditerranée. L'Europe va tripler les moyens alloués pour le sauvetage des migrants.

Neuf millions par mois pour Triton

Les dirigeants européens sont donc parvenus à s'entendre pour tripler le budget de l'opération de surveillance et de sauvetage en mer Triton, actuellement de trois millions d'euros par mois. "Nous voulons agir vite, ce qui signifie tripler les ressources financières" de cette opération, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.    

Mais aucun accord n'a été trouvé pour élargir le champs opérationnel de la mission et permettre aux navires de Triton de sortir des eaux territoriales afin d'aller plus près de la Libye, a-t-elle indiqué. La France a annoncé la mise à disposition de deux navires et de trois avions . Les migrants sauvés en mer seront débarqués en Italie ou à Malte.    

Les opérations militaires envisagées pour identifier, capturer et détruire les navires utilisés par les trafiquants avant leur départ ont en revanche posé problème.    

Feu vert demandé à l'ONU

Décision a été prise de chercher un mandat de l'ONU. La France et le Royaume-Uni, membres permanents du Conseil de sécurité, se sont engagés à présenter un projet de résolution, a annoncé le président François Hollande. Une opération militaire contre les trafiquants "est compliquée, prendra du temps, imposera un mandat des Nations unies, un accord du gouvernement libyen, la mobilisation de moyens militaires et l'acceptation de pertes humaines" , avertissent diplomates et experts.   

Le sommet s'est en revanche terminé sur un échec lors de la discussion sur le troisième volet du plan d'action : l'accueil et la prise en charge des migrants à leur arrivée .   

Pas d'accord sur l'accueil des réfugiés

Le plan d'action proposait aux Etats d'accueillir "au moins 5.000 personnes" ayant déjà obtenu le statut de réfugiés, dans le cadre d'un projet de réinstallation destiné aux Syriens, pour les dissuader de tenter la traversée. Mais aucun chiffre ne figure dans la déclaration finale "parce que nous pensons que 5.000 n'est pas suffisant" , a expliqué Angela Merkel. La participation a ce programme de réinstallation est volontaire, pas obligatoire.   

"La France prendra sa part" en accueillant "entre 500 et 700 Syriens" , a annoncé François Hollande. "J'aurais aimé plus d'ambition" , a déploré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, partisan de porter ce programme à au moins 10.000 places.