Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Migrants : les rescapés à bord de l'Open Arms débarquent à Lampedusa après une décision de justice italienne

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Après 19 jours bloqués en mer, les 83 migrants ont débarqué sur l'île italienne dans la nuit de mardi à mercredi. La justice italienne l'a ordonné, quelques heures après l'envoi d'un bateau militaire par l'Espagne pour les secourir.

Une centaine de migrants secourus par l'Open Arms heureux d'avoir l'autorisation de débarquer sur l'île italienne de Lampedusa.
Une centaine de migrants secourus par l'Open Arms heureux d'avoir l'autorisation de débarquer sur l'île italienne de Lampedusa. © Maxppp - Francisco Gentico

La centaine de migrants à bord de l'Open Arms depuis 19 jours a débarqué sur l'île italienne de Lampedusa, en Sicile, dans la nuit de mardi 20 à mercredi 21 août 2019. Un procureur italien avait décidé mardi soir de les faire débarquer après une inspection de la police judiciaire et de médecins. Une décision prise compte tenu de la situation très difficile sur le bateau. 

Il a également ordonné la mise sous séquestre du navire de l'ONG, dans le cadre d'une enquête contre X pour séquestration de personnes, omission et refus d'actes officiels, dont le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini affirme qu'elle le vise directement.

Scène de liesse sur le navire humanitaire

Quelques minutes avant de débarquer à Lampedusa, les migrants à bord du navire humanitaire espagnol ont explosé de joie. Dans des vidéos, on voit les rescapés et les sauveteurs se sauter dans les bras, s'embrasser, applaudir. 

Une journaliste du quotidien El Pais à Lampedusa a raconté que certains, à bord, ont entonné le chant de révolte des partisans italiens, "Bella Ciao", alors que le navire entrait dans le port. Après être descendus un à un le long de la passerelle, parfois en boitant, et avoir subi un bref contrôle médical, les migrants ont été conduits vers un centre d'accueil à bord de camionnettes, a-t-elle témoigné.

Certains de ces rescapés ont passé en tout 19 jours à bord de l'Open Arms, égalant le record des migrants secourus par le SeaWatch3 fin décembre avant leur débarquement à Malte le 9 janvier dernier. 

L'Espagne mobilisée

Quelques heures plus tôt, après avoir proposé d'accueillir l'Open Arms dans le port d'Algésiras, le gouvernement espagnol avait annoncé l'envoi d'un bateau pour récupérer la centaine de migrants sauvés au large de la Libye par l'ONG espagnole. Pedro Sánchez, le président du gouvernement espagnol, avait précisé sur Twitter que le navire allait accompagner l'Open Arms "jusqu'au port de Palma, à Majorque".

L'Open Arms était stationné depuis jeudi dernier à quelques centaines de mètres des côtes de l'île italienne de Lampedusa. Mais Rome refusait d'accueillir la totalité des personnes à bord, même si la France, l'Allemagne, le Luxembourg, le Portugal, la Roumanie et l'Espagne s'étaient engagés à les héberger.

Des migrants se sont jetés à l'eau

Le bateau comptait au départ 147 migrants à bord à son arrivée jeudi près de Lampedusa. Par la suite, plusieurs dizaines de mineurs et de personnes malades ont dû être évacués. Dans la nuit de lundi à mardi, huit autres migrants et un accompagnateur de l'Open Arms ont été autorisés à débarquer. Selon l'ONG, ces personnes nécessitaient une assistance en urgence. 

Face à cette situation intenable sur le navire, entassés les uns sur les autres, quinze migrants se sont jetés à la mer mardi pour tenter de rejoindre l'Italie à la nage. Certains sans gilet de sauvetage. Selon l'ONG, ils ont finalement été "secourus" par les garde-côtes italiens et "évacués vers Lampedusa". 

Oscar Camps, fondateur de l'ONG, avait dénoncé une situation catastrophique sur l'Open Arms : "La situation commence à ressembler à celle d'un centre de rétention libyen, mais dans les eaux territoriales italiennes". 

"Celui qui ne veut pas voir la situation intenable à bord est en fait incapable d'avoir de l'empathie pour la douleur" de ces étrangers. - L'ONG Open Arms

"Une honte pour l'humanité"

Lundi, la ministre espagnole de la défense avait attaqué la prise de position de Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, la qualifiant de "honte pour l'humanité". Pour Margarita Robles, "les vies humaines ne lui importent pas".

Matteo Salvini campe lui sur ses positions : "_L'Italie n'est plus le camp de réfugiés de l'Europe_, comme le démontre ces dernières heures le navire espagnol avec de faux malades et de faux mineurs".

La France a déjà annoncé qu'elle accueillerait 40 personnes présentes sur le navire.

Choix de la station

France Bleu