Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Migrants : l'Espagne propose d'accueillir le navire Open Arms, l'ONG refuse et juge "impensable de naviguer six jours"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le navire de l'ONG Open Arms est bloqué depuis deux semaines en Méditerranée, alors que l'Italie refuse de le laisser accoster. Ce dimanche, l'Espagne a proposé de l’accueillir, mais l'ONG refuse cette proposition, arguant que le bateau mettrait trop de temps à rejoindre le port espagnol.

Les conditions de vie pour la centaine de migrants qui restent à bord du navire se dégradent.
Les conditions de vie pour la centaine de migrants qui restent à bord du navire se dégradent. © Maxppp - Francisco Gentico

Après deux semaines de blocage et alors que la situation à bord devient de plus en plus étouffante, le gouvernement espagnol a proposé, ce dimanche, d'accueillir le bateau de l'ONG Proactiva Open Arms dans le port d'Algesiras, à l'extrême sud du pays. 

Le navire humanitaire transporte une centaine de migrants, et le gouvernement italien refuse, depuis deux semaines, de les laisser accoster sur l'île de Lampedusa. L'Espagne et cinq autres Etats membres de l'Union européenne (la France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal et le Luxembourg) ont accepté cette semaine de prendre en charge une partie des 134 personnes secourues au large de la Libye. Mais l'ONG a refusé la proposition espagnole. 

"Nous ne pouvons pas accepter d'aller dans un port espagnol parce que nous sommes dans un état d'urgence humanitaire extrême"

Une porte-parole de l'ONG a expliqué que la situation d'urgence à bord de l'Open Arms ne permettait pas d'entreprendre cette longue traversée de la Méditerranée. "Nous ne pouvons pas accepter d'aller dans un port espagnol parce que nous sommes dans un état d'urgence humanitaire extrême, ce dont ils (les migrants secourus) ont besoin, c'est d'être débarqués maintenant. Il est impensable de naviguer six jours, le temps qu'il nous faudrait pour arriver à Algésiras", a-t-elle dit. "Nous mettrions en danger l'intégrité et la sécurité des passagers secourus et de l'équipage", a-t-elle insisté.

Des conditions "intenables" à bord 

Le navire transporte encore 105 adultes et deux enfants dans des conditions "intenables", a estimé Open Arms. Les conditions de vie à bord se sont considérablement dégradées et des rixes opposent fréquemment les passagers excédés, souligne l'ONG. 

Le fondateur de l'ONG, Oscar Camps, a tweeté une vidéo sur laquelle on voit quatre migrants qui tentent de rejoindre à la nage le rivage de Lampedusa après avoir sauté du bateau. Ils sont rejoints par des sauveteurs qui les arrêtent. "Cela fait des jours que nous prévenons que le désespoir a des limites", écrit-il. De quoi Matteo Salvini a-t-il besoin pour sa campagne ? De morts ?"

Le ministre de l'Intérieur italien, le leader d'extrême droite Matteo Salvini, qui tente par ailleurs d'obtenir des élections anticipées pour arriver au pouvoir, a laissé à contrecoeur samedi débarquer 27 migrants mineurs non-accompagnés. Mais il continue à refuser le débarquement du reste des passagers.

"L'Espagne agit toujours en cas d'urgences humanitaires"

Le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, avait auparavant indiqué avoir "ordonné l'habilitation du port d'Algesiras pour recevoir le bateau Open Arms", en raison de "la situation d'urgence" à bord et face à "l'inconcevable décision des autorités italiennes de fermer tous ses ports". "L'Espagne agit toujours en cas d'urgences humanitaires", avait déclaré Pedro Sanchez. Il appelle aussi à la nécessité d'apporter une solution européenne au défi que posent les migrations, dans le respect des "valeurs européennes de progrès et d'humanisme".

La France s'engage à prendre en charge 40 réfugiés

La France s'est engagée à accueillir 40 personnes du navire, a par ailleurs annoncé ce dimanche à l'AFP le ministère de l'Intérieur. "La coordination de la solidarité est maintenue" entre les pays qui se sont engagés à recueillir les migrants, et "la France s'engage à maintenir son engagement d'accueillir 40 personnes", souligne-t-on Place Beauvau. Ces 40 personnes, soit près de la moitié des migrants à bord de l'Open Arms, devront être "en besoin de protection", c'est-à-dire remplir les critères pour obtenir le statut de réfugié, ajoute le ministère de l'Intérieur.

Choix de la station

France Bleu