Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

La France va accueillir une partie des migrants du Lifeline

mardi 26 juin 2018 à 15:01 - Mis à jour le mardi 26 juin 2018 à 19:37 Par Léo Sanmarty, France Bleu

La France sera l'un des six pays européens à accueillir des migrants qui se trouvent sur le navire humanitaire Lifeline, bloqué au large de Malte, a annoncé mardi le président français Emmanuel Macron. Le Portugal s'est aussi proposé.

Le navire humanitaire Lifeline.
Le navire humanitaire Lifeline. © Maxppp - HERMINE POSCHMANN

La France sera l'un des six pays européens à accueillir une partie des 233 migrants qui se trouvent sur le navire humanitaire Lifeline, bloqué au large de Malte, a annoncé mardi le président français Emmanuel Macron. 

Il s'agira de "quelques dizaines d'individus par pays" d'accueil, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse, à l'issue de sa visite au Vatican et sa rencontre avec le pape François.

Le Portugal et l'Italie se sont aussi proposés. Selon le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, le navire humanitaire de l'ONG allemande qui se trouve au large de Malte pourra accoster sur l'île méditerranéenne.

Les divergences entre pays européens ont refait surface ces dernières semaines avec le refus du nouveau gouvernement italien et de Malte de laisser accoster l’Aquarius à bord duquel se trouvaient plus de 600 migrants.

Cet épisode a creusé le fossé entre les partisans d'une ligne dure que sont la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne et défenseurs d'une solution européenne, à l'image de la chancelière allemande Angela Merkel et d'Emmanuel Macron.