Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International
Dossier : Opération Barkhane : treize militaires français morts au Mali

Militaires morts au Mali : "ils nous manquent déjà", l'hommage du général Pierre-Joseph Givre

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Isère

A la base militaire de Varces, au sud de l'agglomération de Grenoble, le général Pierre-Joseph Givre a pris la parole suite aux décès des treize militaires engagés au Mali.

Le général Pierre-Joseph Givre (27e BIM) et le colonel Joan Guiguet, (93e RAM)
Le général Pierre-Joseph Givre (27e BIM) et le colonel Joan Guiguet, (93e RAM) © Radio France - Véronique Pueyo

Grenoble, France

Parmi les treize militaires décédés en opération au Mali ce lundi, se trouvaient six membres des troupes de montagne. Le général Pierre-Joseph Givre, commandant de la 27e Brigade d'Infanterie de Montagne (BIM) leur a rendu hommage aujourd'hui à Grenoble. Et donné quelques détails sur les circonstances du drame.

"Ces faits de guerre nous rappellent que le métier des armes n’est pas un métier comme les autres" - Général Pierre-Joseph Givre, commandant de la 27e Brigade d'Infanterie de Montagne

"Ils faisaient partie des troupes qui opèrent au Mali depuis 2013. C'est beaucoup d'émotion parce que ce sont nos frères d'armes. Fin septembre, je leur avais parlé, et nous avions partagé un long moment ensemble avant leur départ. Ils sont l'élite des troupes de montagne, et de l'armée de terre. Un exemple pour leurs camarades, et qu'ils nous manquent déjà.  Ils laissent derrière eux, pour l'un une femme et des enfants, pour les autres des parents, des amis. Ces faits de guerre nous rappellent que le métier des armes n’est pas un métier comme les autres. Notre entrainement intensif en montagne et nos équipements les plus modernes nous y préparent psychologiquement et physiquement." 

"Pour autant, la guerre n'est pas un modèle mathématique. Le risque zéro n'existe pas. C'est au contraire la prise de risque calculée et l'audace qui sauvent des vies. Nos commandos montagne et nos camarades de l'aviation légère étaient des soldats d'exception pour lesquels l'engagement n'était pas une notion abstraite, mais un acte quotidien. Ils  le faisaient avec l'humilité de ceux qui savent que les éléments, la montagne comme les airs sont aussi des ennemis potentiels. Et encore la semaine dernière nous conduisions un entraînement conjoint en Maurienne déjà avec des équipages du 5e régiment d'hélicoptère de combat."

Hommage d'abord à Paris, ensuite dans les Alpes

"La communauté des troupes de montagne et son entraide sont aujourd'hui mobilisées pour accompagner les familles endeuillées et préparer l'hommage qui leur sera rendu par la Nation, probablement à Paris, puis dans leurs garnisons des Alpes."

"Permettez-moi d'adresser publiquement nos condoléances aux familles et aux proches morts au champ d'honneur, et d'avoir une pensée pour ceux qui poursuivent la lutte contre le terrorisme."

Les circonstances de l'accident

"Il faisait nuit noire. Les accrochages avaient lieu au sol. Les hélicoptères étaient venus en appui des commandos parachutistes, avec une équipe des commandos montagne. Dans le cadre d'une manœuvre d'évitement, il semblerait qu'il y ait eu l'abordage entre les deux hélicoptères. On ne pense pas qu'ils ont été touchés par un tir ennemi".

"Nous avions plus de 1500 hommes déployés sur place jusqu'à la fin octobre. Là, tout le monde est rentré, il ne reste que quelques commandos, et les prochains s'apprêtent à partir fin janvier."

  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu