Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nouveau départ au Mali pour le 12-cuirs d'Olivet

-
Par , France Bleu Orléans

Une centaine d'hommes du 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet, près d'Orléans, s'apprêtent à rejoindre l'opération Barkhane au Mali, une opération de lutte contre le djihadisme au Sahel. Les derniers préparatifs ont eu lieu ce vendredi, avant un départ début octobre.

Une centaine de soldats du 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet partent pour au moins 4 mois au Mali
Une centaine de soldats du 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet partent pour au moins 4 mois au Mali - Ministère des armées

Cérémonie solennelle ce vendredi matin au 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet : on a célébré le prochain départ du 6ème escadron pour le Mali, dans le cadre de l'opération "Barkhane". Une centaine de soldats s'apprêtent à partir pour une mission d'au moins 4 mois, le retour à Olivet n'est pas prévu avant février 2020.

6 mois d'une préparation intense"

L'opération Barkhane a été lancée à l'été 2014, elle vise notamment à lutter contre les groupes djihadistes installés au Sahel. C'est la quatrième fois que des unités d'Olivet sont appelées à y participer, mais cela reste évidemment un moment fort pour le régiment, d'autant qu'il fait suite à 6 mois d'une préparation physique et psychologique intense : "Cette préparation est nécessaire pour être au rendez-vous sur une mission qui est très exigeante et sur un théâtre qui est très dur, souligne le lieutenant Klaus*. Il y a des savoir-faire spécifiques pour justement pouvoir s'acclimater - il y a un exemple tout simple : rouler sur le sable, une chose qu'on ne fait quasiment jamais en France, et qui réclame un entraînement particulier. Et puis d'un point de vue psychologique, il faut se préparer à la fois à la complexité de l'environnement dans lequel on va évoluer et à la possibilité qu'on soit privé de liaisons avec sa famille pendant plusieurs semaines."

Cérémonie de départ ce matin au régiment d'Olivet
Cérémonie de départ ce matin au régiment d'Olivet - DR

Pour certains soldats, ce sera la toute première opération extérieure. C'est le cas de Thomas*, un jeune tireur de missiles, qui dit "ne pas ressentir d'appréhension particulière" et qui ne cache pas une certaine impatience : "L'image qu'on a du militaire, c'est bien celle du soldat en mission à l'extérieur. Pour moi comme pour tous mes camarades, c'est la raison pour laquelle on s'est engagé. On n'attend que ça, et le jour venu, on est content de partir."

On sent une vraie émulation au sein de l'escadron"

Ce sera en revanche la deuxième mission au Mali pour le lieutenant Klaus* : "L'enseignement principal que j'en ai retiré la première fois, c'est l'humilité qu'il faut avoir face à ce théâtre opérationnel qui est très changeant. Je ne vais pas être déployé dans la même zone, et au vu de l'immensité du territoire, ce que j'ai vécu, moi, la fois précédente, ne sera pas forcément vrai cette fois-ci." Même analyse pour le chef de patrouille Nicolas*, déjà parti au Mali il y a deux ans : "Pour y être déjà allé, c'est très dépaysant, tout ce qui est climat, paysage, on ne s'y attend jamais tout à fait car c'est difficile et exigeant. Mais en parallèle à ça, on a quand même une préparation, donc lorsqu'on arrive là-bas, nous sommes prêts et je ne m'y suis pas senti particulièrement en danger. Et puis, il y a vraiment une émulation au sein de l'escadron avant le départ, on le sent !"  

Cette fois-ci, les soldats d'Olivet seront déployés dans les secteurs de Tombouctou et de Gao. En 5 ans, l'opération Barkhane a permis de capturer ou de tuer plus de 600 djihadistes, 15 soldats français ont trouvé la mort. D'autres unités du 12 cuirs partiront en novembre en mission au Liban.

* Pour des raisons de sécurité, seuls les prénoms sont donnés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess