Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Otages libérés au Sahel : qui sont les deux militaires tués dans l'opération ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Provence

Quatre otages, dont les deux Français enlevés le 1er mai au Bénin, ont été libérés a annoncé l'Elysée ce vendredi. Deux militaires français, les commandos marine Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, ont été tués dans cette opération. Un hommage national leur sera rendu mardi aux Invalides.

Des membres du commando Hubert sur la base navale de Toulon en 2017
Des membres du commando Hubert sur la base navale de Toulon en 2017 © AFP - BERTRAND LANGLOIS

Morts pour la France. Commandos Marine, engagés depuis le 30 mars dernier dans la région du Sahel, Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont été tués dans l'opération qui a abouti à la libération de quatre otages retenus au Sahel dont deux Français enlevés au Bénin le 1er mai dernie. Selon les biographies diffusées par la Marine nationale sur sa page Facebook, les deux hommes étaient membres du commando Hubert, unité d'élite des forces spéciales, spécialisée dans le contre-terrorisme et basé à Saint-Mandrier dans le Var. Le président Emmanuel Macron présidera, mardi, une cérémonie d'hommage national aux invalides en leur honneur.

Deux soldats d'élite expérimentés

Né en 1986, Cédric de Pierrepont était entré dans la Marine nationale en 2004. Devenu fusilier marin en 2005, il avait intégré le commando de Penfentenyo en 2007. Promu au grade de second-maître, il avait ensuite rejoint le commando Hubert en août 2012. Depuis le 1er avril 2018, il était chef de groupe. Pacsé, Cédric de Pierrepont cumulait 15 ans de service au cours desquels il avait plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel.

Il était titulaire de quatre citations (à l’ordre du régiment, de la brigade et de la division) avec attribution de la Croix de la Valeur Militaire et d’une citation à l’ordre de la Brigade avec attribution de la Médaille d’or de la Défense nationale. Il était en outre décoré entre autres de la Médaille d’or de la défense nationale "Nageur de combat – Missions d’opérations extérieures" et de la médaille d’Outre-mer avec agrafes Sahel et Liban.

Né en 1991, Alain Bertoncello, avait, lui, intégré la Marine nationale en 2011 en rejoignant l’école de maistrance. Après cinq ans au commando Jaubert (2012-2017), il avait obtenu le brevet de nageur de combat et rejoint le commando Hubert, où il était affecté depuis juillet 2017. Alain Bertoncello avait notamment servi aux Seychelles (protection des thoniers), au Qatar, au Levant et au Sahel. Pacsé, il cumulait plus de sept ans de service au sein de la Marine nationale.

Il était titulaire d’une citation à l’ordre du régiment avec attribution de la Médaille d’or de la Défense nationale et était décoré de la Médaille d’Outre-mer pour le Moyen-Orient ainsi que de la Médaille d’argent de la Défense nationale.

"Je pense à leurs familles, à leurs frères d’armes"

La ministre des Armées, Florence Parly, a salué la mémoire des deux militaires sur son compte Twitter. "Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont sacrifié leur vie pour sauver celle de 4 otages, désormais libres. Je pense à leurs familles, à leurs frères d’armes. Toute la Nation s’incline devant leur courage."

Le président de la République "s’incline avec émotion et gravité devant le sacrifice de nos deux militaires, qui ont donné leur vie pour sauver celles de nos concitoyens" a fait savoir l'Elysée dans un communiqué.