Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Brexit

"Pour la première fois je me sens étrangère" : Sarah, Anglaise installée en Creuse, réagit au Brexit

-
Par , France Bleu Creuse

Après une période de transition d'un an, le Brexit entre en vigueur le 1er janvier 2021. Le Royaume-Uni divorce de l'Union européenne, au grand désespoir de Sarah, installée à Châtelus-le-Marcheix en Creuse depuis 17 ans.

Sarah vit en Creuse depuis dix-sept ans.
Sarah vit en Creuse depuis dix-sept ans. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Cette fois ça y est, on peut dire bye bye aux Anglais. Le Brexit entre en vigueur le 1er janvier 2021. Le Royaume-Uni est déjà sorti de l'Union européenne depuis le 31 janvier 2020 mais jusqu'à présent, on était dans une période de transition. Le divorce est désormais total puisque les Anglais quittent le marché unique, quarante-sept ans après leur entrée dans l'Union européenne. A Châtelus-le-Marcheix (Creuse), Sarah a du mal à tourner la page.

Originaire de Leeds dans le Yorkshire, au nord de l'Angleterre, cette Britannique est installée en Creuse depuis dix-sept ans, et mariée avec un Français, Philippe. "On n'est plus en Europe, les portes sont fermées. Je suis Européenne mais pour la première fois je me sens comme étrangère, c'est difficile !"

ECOUTEZ - Sarah : Anglaise, Européenne et Creusoise

Demande de nationalité française

A partir du 1er janvier, le quotidien ne devrait pas beaucoup changer pour cette Creusoise d'adoption : "D'après ce que j'ai compris, ce n'est pas trop compliqué. On peut toujours voyager avec un passeport, et rester jusqu'à 90 jours sans visa." Le choc, pour elle, c'était il y a un an, quand elle a perdu son droit de vote aux élections européennes et municipales : "A la mairie, j'ai vu les listes d'électeurs avec le nom des Anglais rayés."

Selon elle, les conséquences de ce 1er janvier se feront surtout sentir de l'autre coté de la Manche : "Mes amis m'ont parlé d'une augmentation de 40% du prix du fromage !" Elle et son mari Philippe préfèrent en rire même s'ils sont catastrophés quand ils pensent aux conséquences sur le long terme : "Le Royaume-Uni quitte le programme Erasmus, qui permettait à des jeunes Anglais d'aller étudier dans l'Union européenne et vice versa, c'est vraiment dommage."

Sarah a donc décidé de demander la nationalité française et compte entreprendre les démarches cette année.

ECOUTEZ - Reportage avec Sarah et son mari Philippe

Choix de la station

À venir dansDanssecondess