International

Première escale de l'Azuka 2 à Cherbourg

Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin mercredi 30 avril 2014 à 10:23

Le paquebot japonais Azuka II
Le paquebot japonais Azuka II © 663highland/Creative commons

Ce paquebot japonais fait escale ce mercredi au quai de France à Cherbourg : c'est une première pour le port maritime. Il transporte 629 passagers et 465 membres d'équipage. Une clientèle haut de gamme

L'Asuka II à Cherbourg ce mercredi. Ce paquebot japonais fait escale au quai de France pour la première fois . Jusque là les japonais se contentaient d'aller voir les plages du Débarquement ou le Mont Saint Michel. Mais une visite des représentants de la compagnie niponne a tout changé. C'était il y a un an, l'office de tourisme de Cherbourg a réussi à convaincre les japonais de faire étape à Cherbourg. Juste après Lisbonne et avant Southampton. 500 nippons seront dans les rues de la ville de 7h à 21h. Ils peuvent faire une excursion en bus au Mont Saint Michel, ou encore à Barfleur. 

Un paquebot de luxe

 Le bateau est imposant. 240 mètres de long. 30 mètres de largeur. C'est l'équivalent de cinq piscines olympiques. Azouka II est l'un des plus grands paquebots du Japon .  A l'intérieur c'est le grand luxe. Huits bars, un casino, un espace fitness, un théatre et deux piscines. Le style est très occidental. La reception est en bois et en marbre.

La salle de cinéma elle est surnommé le théatre d'Hollywood. Le casino le Monte Carlo. En fait, on trouve seulement une salle typiquement japonaise : le salon de thé avec des tatamis au sol. On s'assoie sur des coussins pour apprécier sa boisson chaude. Le paquebot peut accueillir 900 personnes.

Une clientèle haut de gamme

Aujourd'hui il y a 500 japonais. Ca reste une petite croisière pour le port de Cherbourg, on a déjà vu des bateaux transportant jusqu'à 4000 passagers  Petite croisière mais clientèle très haut de gamme . C'est ce que nous dit l'office de tourisme de Cherbourg. Le prix du séjour reste confidentiel. Un indice tout de même : on parle de touristes qui se permettent pour certains jusqu'à quatre mois de vacances. 

 

Partager sur :