Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Grande Guerre : les commémorations de l'Anzac Day 2018 dans la Somme

Les aumôniers de la Grande Guerre : sur le front sans arme mais avec foi

vendredi 20 avril 2018 à 7:07 - Mis à jour le vendredi 20 avril 2018 à 8:02 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie

Avant l'Anzac Day 2018, France Bleu Picardie raconte les histoires de certains de ces milliers d'Australiens qui ont traversé la planète pour combattre pendant la Première Guerre Mondiale. 440 aumôniers ont accompagné les troupes. Leur rôle n'était pas seulement spirituel.

440 aumôniers Australiens ont servi pendant la Grande Guerre
440 aumôniers Australiens ont servi pendant la Grande Guerre © Maxppp - Australian Chaplains

Villers-Bretonneux, France

Contrairement à ce qui se passe en France, laïcité oblige, les cérémonies patriotiques anglo-saxonne intègrent le religieux. C'est le Dawn Service de l'Anzac Day. Il ressemble en partie aux offices célébrés pendant la Grande Guerre. Aux côtés des soldats, les armées dépêchaient leurs propres aumôniers. De 1914 à 1918 440 hommes d'église Australiens se sont engagés en Europe, en Afrique du Nord, en Asie. En première ligne ou à l'arrière front ils ont tenu un rôle très important

"Pour des soldats qui risquent leur vie au quotidien, il y a nécessairement un questionnement spirituel", explique Xavier Boniface. Il est professeur d'Histoire Contemporaine à l'Université Picardie Jules Verne et spécialiste des relations entre armée, religion et politique. "Les aumôniers sont là pour répondre à ces attentes".

Éviter la fréquentation des bistrots

"Mais ils ne sont pas confinés uniquement dans le spirituel. Les aumôniers jouent aussi un rôle très important dans le maintien du moral", poursuit Xavier Boniface. Les aumôniers apportent aux soldats "douceurs, journaux cigarettes. Ils travaillent beaucoup avec les organisations de jeunesse chrétienne pour organiser les loisirs". Il y a aussi une forme de moralisation dans l'organisation de toutes ces activités à l'arrière front. Les aumôniers veulent éviter que les soldats se rendent dans les bistrots.

La chronique Anzac Day de France Bleu Picardie

Au sein des Forces Impériales Australiennes, les aumôniers forment un corps militaire à part entière. "Ils portent l'uniforme avec pour distinction une collerette blanche", explique Xavier Boniface. Les aumôniers de l'armée française eux restent en soutane. L'autre signe qui distingue les religieux sur le front et à l'arrière, c'est leur brassard de la Croix Rouge.

Soigner les blessés, inhumer les morts

Les aumôniers sont protégés par la convention de Genève de 1864, "ils sont assimilés au personnel soignant", précise Xavier Boniface. Ce statut leur interdit le port d'une arme, sauf pour se défendre en cas de danger extrême. Les aumôniers sont donc très présents dans les hôpitaux de campagne et aussi sur le front. Enfin les aumôniers sont chargés d'une tâche très importante : l'inhumation des défunts.

Donald Burns Blackwood (1884-1967) - Aucun(e)
Donald Burns Blackwood (1884-1967) - Australians Chaplains

Parmi ces aumôniers Australiens recensés par l'armée pendant la Guerre 14-18, Donald Burns Blackwood est une figure marquante. "Il est l'un des rares religieux à avoir reçu la Military Cross", explique Xavier Boniface. La médaille est l'une des plus hautes distinctions des Forces Impériales Australiennes. 

Né en 1884 en Tasmanie, Blackwood est ordonné prêtre en 1908. Marié, père de quatre enfants, il décide de rejoindre les rangs de l'armée et de s'engager en 1915. "Il est d'abord stationné avec les troupes en Égypte puis sur le front français, et notamment dans la Somme, à Villers-Bretonneux", raconte Xavier Boniface. "Il était affecté normalement à un état major de brigade et devait se trouver à l'arrière pour soigner les blessés". 

Mais Blackwood comprend lors de la bataille de Villers-Bretonneux qu'il doit être sur le terrain, en première ligne. "C'est également important pour ces aumôniers de montrer l'exemple", explique Xavier Boniface. C'est cet engagement au plus près des soldats combattants qui vaudra à Blackwood d'être distingué.