Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Présidentielle américaine : Hillary Clinton et Donald Trump face à face pour la Maison Blanche

mercredi 27 juillet 2016 à 16:55 Par Laurine Benjebria, France Bleu

Les primaires républicaine et démocrate ont pris fin ce mardi : Hillary Clinton et Donald Trump ont officiellement été investis candidats à la Maison Blanche. L'ancienne secrétaire d'Etat et le milliardaire s'affronteront jusqu'au 8 novembre pour l'élection présidentielle.

Hillary Clinton et Donald Trump ont officiellement été investis candidats à la Maison Blanche
Hillary Clinton et Donald Trump ont officiellement été investis candidats à la Maison Blanche © AFP

Ce mardi 26 juillet, lors de la Convention nationale démocrate à Philadelphie, Hillary Clinton a officiellement été désignée candidate démocrate à la Maison Blanche, devenant la première femme à être investie de cette candidature. Elle est donc opposée à Donald Trump qui a été intronisé candidat républicain durant la Convention nationale républicaine à Cleveland, le 19 juillet. Les Américains décideront qui des deux candidats entrera à la Maison Blanche le 8 novembre prochain.

Donald Trump et Hillary Clinton, deux candidats que tout oppose

Immigration, santé, sécurité, finance... tout oppose l'ancienne secrétaire d'Etat et l'homme d'affaires milliardaire.

C'est d'abord sur le thème de l'immigration que Donald Trump s'est fait remarquer, en insultant les migrants mexicains de "violeurs" et en proposant de construire un mur pour bloquer l'entrée des migrants depuis le Mexique. L'ancienne sénatrice de l'Etat de New York veut certes renforcer les frontières des Etats-Unis, mais aussi "essayer davantage de gérer les gens qui sont déjà là, dont certains depuis plusieurs décennies" notamment en permettant d'avancer le processus de demande de la citoyenneté 100 jours après l'arrivée sur le sol national. Elle s'est également montrée en faveur de l'accueil des réfugiés syriens dans le pays.

Hillary Clinton mise beaucoup sur son plan de santé pour recueillir des votes. Poursuivant les efforts de la réforme ObamaCare, l'ancienne première dame des Etats-Unis veut renforcer l'accessibilité des assurances santé, mettre fin aux déserts médicaux et réduire les prix des médicaments prescrits afin de réduire les inégalités d'accès aux soins aux Etats-Unis. Des propositions que dénonce en bloc Donald Trump qui critique le coût élevé des franchies prévues par la réforme ObamaCare.

Côté emploi, le milliardaire n'a pas réellement formulé de propositions dans son programme mais a déclaré : "Je serai le meilleur président pour l’emploi que Dieu ait jamais créé". Hillary Clinton souhaite pour sa part créer des emplois en réduisant les impositions sur les petites entreprises ainsi qu'en stimulant les formations continues. Elle veut augmenter le salaire minimum.

Avec l'attentat d'Orlando qui a fait 50 morts le 12 juin dans la boite de nuit Pulse, les thèmes du terrorisme et de la lutte contre l'Etat islamique ont pris une place importante dans le débat électoral. Après les attentats de Paris et de Saint-Denis le 13 novembre 2015, le candidat républicain avait déclaré être en faveur d'un fichage des musulmans américains et de la fermeture complète des frontières aux musulmans. Hillary Clinton a rappelé son intention de poursuivre les opérations aériennes et de renforcer la lutte contre Daech en misant sur une collaboration des troupes américaines et irakiennes, ainsi qu'entre les groupes sunnites et kurdes.

Les deux candidats s'opposent également autour du thème de la sécurité intérieure. tandis que Donald Trump est membre à vie du lobby des armes (National riffle association) et refuse catégoriquement toute mesure sur le contrôle du port d'une arme, Hillary Clinton soutient l'idée d'un fichier national de ces permis et souhaite que soient vérifiés les antécédents de toute personne souhaitant acquérir une arme.

L'expérience Clinton versus la surprise Trump

Hillary Clinton s'est impliquée en politique dès son adolescence. Après être devenue première dame des Etats-Unis,, elle a été sénatrice de l'Etat de New York puis secrétaire d'Etat, pour Barack Obama. Cette expérience Hillary Clinton en joue, dévoilant de nombreux clips d'anciennes missions sur les réseaux sociaux. Objectif : se présenter comme la candidate la plus expérimentée et donc la plus à même de gérer le bureau ovale.

De l'autre côté, Donald Trump ne dispose d'aucune expérience politique, et c'est ce qui plaît à de nombreux Américains. Ses discours jugés par beaucoup racistes, sexistes et mégalomanes lui avaient donné l'image du candidat novice et sans aucune réelle ambition depuis son annonce de candidature le 16 juin 2015. Il a finalement créé la surprise dès l'été 2015 lorsque certains sondages le donnaient gagnant face à Hillary Clinton. Le milliardaire est devenu le leader surprise de la primaire républicaine, ce que n'avaient pas prévu les observateurs politiques.

Le démago versus l'aristo

S'ils ont été officiellement investis par les conventions nationales de leur parti respectif, Hillary Clinton et Donald Trump n'ont pas tout le temps fait l'unanimité.

Donald Trump ne mâche pas ses mots. Après l'attentat de Nice qui a fait plus de 80 victimes, le milliardaire a appelé à faire subir "un contrôle extrême" aux Français souhaitant entrer aux Etats-Unis. La raison ? Selon lui, la France serait "infectée par le terrorisme" (...) Et vous savez quoi ? C'est leur faute. Parce qu'ils ont laissé des personnes entrer sur leur territoire". Une déclaration jugée "déplorable" et "inappropriée" par de nombreux internautes.

Les emailgate n'en finissent pas de bousculer la campagne électorale d'Hillary Clinton. Quelques heures avant la Convention nationale démocrate, le 25 juillet, Wikileaks a révélé que 19.252 emails internes au Comité national démocrate évoquaient la partialité de l'instance dirigeante du parti. La présidente du parti démocrate, Debbie Wasserman Schultz a alors annoncé démissionner à la fin de la convention de Philadelphie, une mesure qu'a salué Bernie Sanders qui se plaignait depuis le début de la primaire de ce manque d'objectivité de la part des cadres du parti. Il y a aussi eu l'affaire des courriels envoyés depuis sa boite mai personnelle alors qu'elle était secrétaire d'Etat, de 2009 et 2013. Le 6 juillet, le département américain de la Justice a accepté la recommandation du directeur du FBI, James Comey, de ne pas inculper l'ancienne secrétaire d'Etat dans l'affaire des emails. Les investigations du département d'Etat sont toujours en cours.

Des sondages très serrés

Donald Trump est repassé devant Hillary Clinton dans un dernier sondage du CNN/ORC Poll, le 25 juillet, après la convention nationale républicaine de Cleveland. C'est la deuxième fois qu'un sondage donne gagnant le milliardaire républicain. Mais Donald Trump n'obtient que six points d'avance, devançant Hillary Clinton 48% contre 45%. Depuis le début des primaires, les deux candidats, alors favoris, sont collés dans les sondages. En mars, l'ancienne secrétaire d'Etat avait marqué une large avance de près de vingt poins sur l'homme d'affaires. Rien n'est encore joué donc jusqu'au 8 novembre.

  - Aucun(e)
- Visactu

Le scrutin final se tiendra le 8 novembre 2016

Hillary Clinton et Donald Trump ne sont pas les seuls candidats à l'élection présidentielle américaine. Si le bipartisme démocrate et républicain marque la politique américaine, des candidats d'autres partis peuvent très bien se présenter pour l'élection. Ainsi, en 2016, deux autres candidats briguent la Maison Blanche : Jill Stein du Parti vert et Gary Earl Johnson du Parti libertarien. Le ou la 45e Président-e des Etats-Unis sera élu le 8 novembre prochain, après onze mois de campagne électorale. Barack Obama investira son prédécesseur le 20 janvier 2017, après huit ans à la Maison Blanche.