International DOSSIER : Le référendum en Catalogne

Référendum en Catalogne : la police intervient en force, des centaines de blessés

Par Eric Turpin et Germain Arrigoni, France Bleu Pays Basque, France Bleu Roussillon, France Bleu Toulouse et France Bleu dimanche 1 octobre 2017 à 8:59 Mis à jour le dimanche 1 octobre 2017 à 18:55

Des scènes de tensions à l'occasion du référendum en Catalogne durant lequel des dizaines de personnes ont été blessées
Des scènes de tensions à l'occasion du référendum en Catalogne durant lequel des dizaines de personnes ont été blessées © AFP - Raymond ROIG

La police a chargé des manifestants dimanche à Barcelone alors que des milliers de personnes se sont rassemblées devant les bureaux de vote pour participer au référendum pour l'indépendance de la Catalogne, scrutin interdit par le gouvernement espagnol. Les heurts ont fait des centaines de blessés.

La police a chargé des manifestants et tiré avec des balles en caoutchouc devant des bureaux de vote dans le centre-ville de Barcelone. Au moins 761 personnes ont été blessées dont une gravement dimanche dans des heurts quand la police a voulu empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne, ont annoncé les services de santé de la région.

11 policiers ont aussi été blessés, selon le ministère de l'Intérieur espagnol.

Avant même l'ouverture des bureaux de vote, des milliers de personnes se sont rassemblées pour participer au référendum pour l'indépendance de la Catalogne. Un scrutin interdit par le gouvernement espagnol.

La police nationale espagnole est intervenue pour empêcher le bon déroulement du référendum. Elle a encerclé de nombreux bureaux de vote. Elle est parfois entrée de force pour saisir des urnes et des bulletins de vote.

Le président catalan a pu voter

Le président indépendantiste de la Catalogne, Carles Puigdemont, a dénoncé dimanche la violence injustifiée dont la police nationale a fait usage à Barcelone pour disperser les manifestants qui voulaient participer au référendum. « L'usage injustifié de la violence, irrationnel et irresponsable, de la part de l'Etat espagnol, n'arrête pas la volonté des Catalans », a t-il déclaré à des journalistes.

Carles Puigdemont a bien failli ne pas voter ce dimanche matin. Des policiers casqués ont fait irruption peu avant 9h dans le centre sportif de Gérone où il devait déposer son bulletin. Ils ont ensuite forcé l'entrée pour saisir le matériel de vote. Finalement, Carles Puigdemont a pu participer au vote.

Une intervention de la police nationale espagnole qui a choqué la population

Dans d'autres villes espagnoles, le référendum pour lin'dépendance de la Catalogne se déroule dans le calme. C'est le cas par exemple à Sabadell, une commune située à quelques kilomètres au nord de Barcelone.

A La Jonquère, ça vote

A la frontière entre la France et l'Espagne, à la Jonquère, les électeurs votent dans le calme ce dimanche. La situation a d'abord été assez tendue dans le bureau de vote principal où certains indépendantistes ont passé la nuit.

Les policiers ont pris position devant la porte à l'extérieur. Les indépendantistes ont plongé le bureau de vote dans le noir pour compliquer la tâche des Mossos. Deux policiers sont parvenus à entrer dans la salle. Ils sont montés sur l'estrade et ont commencé à chercher les urnes. Ils ont trouvé le matériel électoral mais ils n'ont finalement rien saisi.

Une demi-heure après l'ouverture du bureau de vote, les électeurs n'avaient toujours pas pu glissé un bulletin dans l'urne. Et les policiers empêchaient toute personne extérieure d'entrer. Finalement, les électeurs qui attendaient dehors ont pu entrer dans la salle.

Deux longues files d'attente se sont formées devant les deux urnes. Aucune intervention de la police pour empêcher le vote pour l'instant.