Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Réouverture à deux vitesses pour la frontière franco-allemande

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Fermée depuis trois mois unilatéralement, la frontière franco-allemande va rouvrir de manière décalée. Le lundi 15 juin à minuit pour la France et seulement 24 heures après pour l'Allemagne. Une incompréhension pour plusieurs représentants politiques alsaciens.

A partir de lundi 15 juin, minuit, les Allemands seront autorisés à franchir la frontière française.
A partir de lundi 15 juin, minuit, les Allemands seront autorisés à franchir la frontière française. © Maxppp - Thierry GACHON

Dans la nuit du dimanche au lundi 15 juin, à minuit précise, les Allemands pourront franchir de nouveau notre frontière mais l'inverse sera toujours interdit. Il faudra attendre 24 heures de plus, soit la nuit du lundi au mardi 16 juin, à minuit, pour que l'Allemagne lève ses barrières à son tour. Une réouverture décalée qui suscite la grogne de responsables politiques alsaciens. 

Le grand flou entre Paris et Berlin

La date de la réouverture frontalière avait d'abord été fixée au 15 mai puis reportée au 15 juin. Au final, la France et l'Allemagne choisissent la même heure, mais deux dates distinctes. "On a l'impression qu'il y a une absence de concertation entre les autorités allemandes et françaises, qui est la règle depuis le début de la crise du Covid-19", regrette Antoine Herth, député du Mouvement Démocrate dans le Bas-Rhin. 

On marche sur la tête, on n'a pas appris de la crise et de la nécessité d'harmonisation" - Brigitte Klinkert, présidente du Haut-Rhin

Même constat pour Brigitte Klinkert, présidente du Haut-Rhin : "Paris et Berlin devraient réfléchir en terme de bassin frontalier, il y a une forte attente de la population". Pour beaucoup, cette réouverture est à l'image de ce qu'a été la relation franco-allemande pendant la crise du coronavirus : un manque de coopération. L'Allemagne justifie ce changement de calendrier par un problème administratif, "notamment une notification à faire auprès de l'Union Européenne", précise Brigitte Klinkert. 

Les députés allemands relativisent

La nouvelle a été accueillie avec plus de nuance en Allemagne. Un jour de différence ne change pas grand chose selon Matern von Marschall, député démocrate-chrétien de la circonscription de Fribourg, située proche de la frontière française : "On peut parler longtemps de ces 24 heures mais je suis heureux que les deux pays aillent vers la réouverture totale de leurs frontières". 

Il ne s'agit que de quelques heures, alors qu'on a subi la fermeture des frontières pendant des mois" - Franziska Brantner, porte-parole des Verts pour les questions européennes au Bundestag 

Reste que les deux préfectures du Haut-Rhin et du Bas-Rhin n'ont toujours pas reçu de consignes précises sur les modalités de cette réouverture côté français. La police allemande va, elle, réduire l'intensité de ses contrôles pendant le battement des 24 heures avance le parlementaire allemand Matern von Marschall.

Des deux côtés du Rhin, les parlementaires s'accordent en tout cas à dire que cette réouverture des frontières doit marquer un nouveau chapitre dans la coopération entre l'Allemagne et la France, surtout au vue de la crise économique qui s'annonce. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu