International

Se dirige-t-on vers une guerre en Ukraine ?

Par Gérald Paris, France Bleu lundi 3 mars 2014 à 8:36

evts crimée
evts crimée © IDÉ

La situation est à nouveau extrêmement tendue en Ukraine, dans la région de la Crimée. Des milliers de soldats russes se sont positionnés sur place, l'Ukraine a considéré dimanche que cette invasion tient lieu de déclaration de guerre, alors que le commandant en chef de la marine ukrainienne s'est rallié aux forces pro-russes. Le reste de l'Europe s'inquiète pour la situation.

Entre les forces ukrainiennes et l'armée russe, le conflit armé semble imminent : des milliers de soldats russes sont positionnés en Crimée, une péninsule située au sud de l'Ukraine. Pour le pouvoir en place, c'est une déclaration de guerre : dimanche, les réservistes ukrainiens âgés de moins de 45 ans ont tous été mobilisés. 

Dimanche soir, le commandant en chef de la marine ukrainienne a prêté allégeance aux autorités de Crimée, qui sont pro-russes. Selon les gardes-frontières ukrainiens, lundi matin, un rassemblement de véhicules blindés a été signalé au niveau du détroit qui sépare la Crimée du territoire russe. Dans le port de Sébastopol, plusieurs bateaux auraient également été vus en mouvement.

> LIRE AUSSI le reportage de France Bleu Gironde : les Ukrainiens de Bordeaux montrent leur mécontentement et leur peur

Une situation inquiétante pour l'Europe

Pourquoi cette situation ? Le président russe, Vladimir Poutine, ne veut pas voir l'Ukraine s'orienter à l'ouest et se rapprocher de l'Union européenne. La Crimée, en particulier, est un territoire stratégique pour la Russie, bien positionné sur la mer noire. Des bases militaires russes y sont placées. Et la population, en majorité russophone, y soutient l'intervention de Moscou.

Conséquence : la situation inquiète les pays occidentaux. La Pologne, pays limitrophe de l'Ukraine, craint un débordement de la crise en Crimée dans tout le pays. Ce week-end, Barack Obama a appelé Vladimir Poutine au téléphone pendant une heure et demie. Le Président russe a accepté de mettre en place une mission et un groupe de contact, à l'initiative d'Angela Merkel.

Partager sur :