International

Séisme en Italie : un Dijonnais sur place témoigne

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne mercredi 24 août 2016 à 16:04

Le séisme a surpris les Italiens dans leur sommeil.
Le séisme a surpris les Italiens dans leur sommeil. © Maxppp - CLAUDIO ACCOGLI

Un tremblement de terre a frappé l'Italie dans la nuit du 23 au 24 août. Aux environs de 3h30 du matin, une secousse de 6,2 sur l'échelle de Richter a tué au moins 73 personnes. Grégoire Ensel, un Dijonnais en vacances dans le pays, a vécu une nuit qu'il n'est pas prêt d'oublier.

La maison dans laquelle il dormait cette nuit là est située à plus de 70 kilomètres de l'épicentre, près de San Ginesio et du parc naturel des marches. Grégoire Ensel, un Dijonnais en vacances en Italie [quand le tremblement de terre s'est déclenché dans la nuit du 23 au 24 août](http://Grégoire Ensel, un Dijonnais en vacances dans le pays,), était en compagnie de sa femme et ses enfants lorsque les premières secousses se sont fait sentir vers 3h30?

"On a tout de suite vu des fissures apparaître à l'intérieur de la maison"

Le Dijonnais ne réalise que maintenant ce qu'il s'est passé cette nuit.  "C'est le sentiment d'avoir un avion qui passe au dessus de la maison, en rase-motte et qui fait trembler les murs, qui fait tomber les cadres, qui fait tomber les objets des étagères, le lit qui bouge... J'étais en plein sommeil, mais on comprend rapidement, on se rend vite compte que c'est un tremblement de terre. on est allé réveiller les enfants qui n'ont pas très bien compris ce qui se passait. Et on a tout de suite vu des fissures apparaître à l'intérieur de la maison : escaliers, angles de portes, fenêtres... Une heure après, il y a eu une réplique plus courte, plus significative. Alors on a mis les enfants à l'abri dans la voiture qu'on a éloignée des façades. Et je dirais que jusqu'à 6 ou 7 heures du matin, il y a eu des répliques plus importantes."

Grégoire n'a pu que constater l'état de la maison après les secousses. - Radio France
Grégoire n'a pu que constater l'état de la maison après les secousses. © Radio France - .

Besoin d'une aide européenne ?

La télévision italienne montre les images de villages entièrement détruits par le séisme : "Des quartiers entiers sont tombés par terre", explique Grégoire. Alors, quant à savoir s'il faut envoyer de l'aide sur place, Grégoire Ensel appelle à une vraie coordination européenne : "Je ne veux pas préjuger de la capacité des italiens à gérer cette situation, ils sont en zone sismique donc je pense qu'ils ont des moyens de secours adaptés. Néanmoins, à l'heure où on se pose la question de l'Europe pour certains, et en tant qu'européen, oui je pense que l'on doit proposer notre aide. Les Italiens sauront tout à fait mesurer la nécessité d'accepter cette aide ou de la refuser. Mais par principe et par idéal européen, je pense qu'effectivement la France peut proposer son aide à l'Italie."