Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Pour Washington, il est "absurde" de dire que les Etats-Unis ont "déclaré la guerre" à la Corée du Nord

lundi 25 septembre 2017 à 18:04 - Mis à jour le lundi 25 septembre 2017 à 20:44 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Le chef de la diplomatie Nord-Coréenne a jugé ce lundi que les propos récents de Donald Trump faisaient office de "déclaration de guerre" à son pays, et affirme que son pays se réserve désormais le droit d'abattre des bombardiers américains s'ils s'approchent à nouveau des côtes.

Ri Yong Ho, chef de la diplomatie nord-coréenne
Ri Yong Ho, chef de la diplomatie nord-coréenne © AFP - Jewel SAMAD

La situation se durcit encore un peu plus entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Présent à New-York à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong Ho a déclaré ce lundi que "tous les Etats membres [de l'ONU] devraient clairement se rappeler que ce sont les Etats-Unis qui ont les premiers déclaré la guerre à notre pays".

Une accusation vivement rejetée par la Maison-Blanche : "Nous n'avons pas déclaré la guerre à la Corée du Nord, et franchement, une telle suggestion est absurde", a déclaré la porte-parole de la présidence, Sarah Huckabee-Sanders.

"Tous les droits de prendre des contre-mesures"

Lundi devant une assemblée de journalistes, il a ajouté que "depuis que les Etats-Unis ont déclaré une guerre à notre pays, nous avons tous les droits de prendre des contre-mesures, y compris le droit d'abattre des bombardiers stratégiques, même s'ils ne se trouvent pas encore dans l'espace aérien de notre pays". Samedi, alors même que le chef de la diplomatie nord-coréenne faisait son discours à l'ONU, des bombardiers américains s'étaient approchés des côtes de la Corée du Nord.

Samedi déjà, Ri Yong Ho a dénoncé les propos de Donald Trump, qui avait menacé devant l'ONU de "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque. Il a maintenu ces propos ce lundi, affirmant : "Trump a affirmé que nos dirigeants n'allaient plus être au pouvoir pour longtemps. La question de savoir qui va rester le plus longtemps va trouver une réponse".