Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Sommet du G7 : Donald Trump fait volte-face et torpille l'accord final

dimanche 10 juin 2018 à 10:13 - Mis à jour le dimanche 10 juin 2018 à 16:56 Par Typhaine Morin, France Bleu

Comme à son habitude, c'est par un tweet que le Président américain a annoncé qu'il retirait son soutien au communiqué du G7 après la conférence de presse du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Donald Trump, qui est arrivé ce dimanche à Singapour, menace ses alliés de nouvelles taxes.

Donald Trump ne signera pas le compromis final du sommet du G7
Donald Trump ne signera pas le compromis final du sommet du G7 © AFP - MICHAEL KAPPELER

Un texte commun était en bonne voie ce samedi soir, ménageant la position du président américain et puis dans la nuit, alors que Donald Trump était en route pour Singapour où il doit rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, il a tweeté qu'il ne signerait pas le communiqué du G7. 

Taxes sur les importations de voitures étrangères

C'est après la conférence de presse du Premier ministre canadien que Trump s'est dédit. Lors de cette déclaration, Justin Trudeau a estimé, comme il l'avait déjà dit publiquement et au président Trump, que les taxes imposées par les Etats-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium étaient "insultantes", que "les Canadiens sont polis et raisonnables, mais nous ne nous laisserons pas bousculer". Quelques heures plus tard, c'est donc sur Twitter que Donald Trump a répliqué, qualifiant Justin Trudeau de personne "malhonnête et faible". Par ailleurs, le président américain a renouvelé sa menace de droits de douanes accrus sur les voitures européennes et étrangères importées aux Etats-Unis.

"La coopération internationale ne peut dépendre des colères et des petits mots. Soyons sérieux et dignes de nos peuples", a réagi ce dimanche l'Elysée. "On a passé deux jours à avoir un texte et des engagements. Nous nous y tenons. Et quiconque les quitterait le dos retourné montre son incohérence et son inconsistance", a ajouté la présidence française, qui a précisé que "la France et l'Europe maintiennent leur soutien". 

Pour l'Allemagne, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, le président Trump a "détruit" une grande partie de la confiance entre les Etats-Unis et l'Europe en retirant a posteriori, au moyen d'un tweet, son soutien à l'accord final du sommet du G7 au Canada. "Vous pouvez détruire très rapidement une quantité incroyable de confiance avec un tweet. Cela rend d'autant plus important pour l'Europe de rester unie et de défendre ses intérêts de façon encore plus offensive", a tweeté le ministre allemand. 

A Singapour pour rencontrer Kim Jong-Un

De son côté, Donald Trump est en route pour Singapour, où il doit rencontrer le dirigeant nord-coréen déjà arrivé sur place pour deux jours d'un sommet historique. Au coeur des discussions : l'arsenal nucléaire nord-coréen, qui vaut au pays le plus fermé du monde de nombreuses sanctions internationales.