Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Sous-marin argentin : la Marine abandonne les recherches de survivants

vendredi 1 décembre 2017 à 17:43 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

La Marine argentine a annoncé, jeudi soir, l'abandon des recherches de survivants du sous-marin militaire San Juan, qui a disparu le 15 novembre. Les recherches vont désormais se concentrer sur la localisation de l'épave. Les familles des 44 marins qui étaient à bord sont effondrées.

Les proches des 44 marins disparus se sont rendus près de la base navale de Mar del Plata, en Argentine.
Les proches des 44 marins disparus se sont rendus près de la base navale de Mar del Plata, en Argentine. © AFP - Eitan ABRAMOVICH

La Marine argentine a annoncé, jeudi soir, l'abandon les recherches d'éventuels survivants du sous-marin militaire San Juan, porté disparu depuis le 15 novembre avec 44 personnes à bord. La Marine a précisé que les opérations se concentraient désormais sur la localisation de l'épave de ce fleuron des Forces armées argentines.

L'espérance de vie est de zéro, nous avons perdu 44 camarades - Un officier de la marine argentine

D'après les experts, le sous-marin a sombré à environ 450 kilomètres des côtes de Patagonie, quelques heures après avoir signalé une entrée d'eau, un début d'incendie à bord et une avarie sur le système de batteries, qui propulse le bâtiment équipé de moteurs diesel. Lors d'une conférence de presse à Buenos Aires, le porte-parole de la Marine Enrique Balbi a annoncé que la phase de "recherche et se secours" était terminée et qu'elle était suivie à présent d'une phase de recherche du sous-marin, probablement à 900 mètres de fond. "L'espérance de vie est de zéro. Nous sommes au milieu d'une tragédie. L'ambiance au sein de la Marine est à la consternation absolue, angoisse et douleur. Nous avons perdu 44 camarades", a dit à l'AFP un officier de la Marine argentine qui a requis l'anonymat.

Les familles des marins disparus entre colère et désespoir

Dans la base navale de Mar del Plata où des proches des 44 marins attendaient un miracle, l'annonce de jeudi soir a provoqué l'effondrement. "Je ne comprends pas cette décision de la Marine. Elle est précipitée et infondée, on les abandonne", a réagi Luis Tagliapietra, cité par l'AFP. Son fils de 27 ans, Damian Tagliapietra fait partie de l'équipage du San Juan. Huit familles se sont constituées parties civiles dans le cadre de l'instruction de la juge fédérale Marta Yañez. La juge a demandé la levée du secret-défense, acceptée par les autorités.

Le sous-marin victime d'une explosion ?

Un incident semble être survenu lorsque de l'eau de mer est entrée dans le navire par le schnorkel, tube qui permet aux sous-marins équipés de moteurs diesel, comme le San Juan, de renouveler l'oxygène à bord. A la surface, le sous-marin utilise sa motorisation pour recharger les batteries. Mais ce jour-là, l'Atlantique était déchaînée avec des vagues de huit à neuf mètres, ce qui a pu compliquer la tâche du San Juan. Peu après la dernière communication entre le submersible et sa base, une explosion sous-marine a retenti, et a été localisée à proximité de la dernière position donnée par le sous-marin.

Le San Juan avait appareillé le dimanche 11 novembre d'Ushuaïa, à l'extrême sud du continent américain, pour regagner la base navale de Mar de Plata, son port d'attache.

  - Visactu
© Visactu -