Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Sous-marin argentin : le bruit anormal enregistré sous l'eau "correspond à une explosion"

jeudi 23 novembre 2017 à 10:29 - Mis à jour le jeudi 23 novembre 2017 à 15:44 Par Marina Cabiten, France Bleu

Un bruit anormal "correspondant à une explosion" a été enregistré trois heures après la dernière communication du sous-marin argentin San Juan, à proximité de sa dernière position connue, a annoncé mercredi le porte-parole de la Marine argentine.

Des messages de soutien aux 44 familles concernées par la disparition du sous-marin avec son équipage
Des messages de soutien aux 44 familles concernées par la disparition du sous-marin avec son équipage © AFP - EITAN ABRAMOVICH

La Marine argentine a annoncé jeudi que les analyses de "l'anomalie hydro-acoustique" détectée dans la zone où se trouvait le sous-marin argentin San Juan le 15 novembre, date de sa disparition, avaient les caractéristiques d'une "explosion". La disparition du submersible touche 44 marins et leurs familles, et est désormais suivie heure par heure par les médias argentins.

Une explosion

Un rapport reçu jeudi par la Marine argentine fait état d'"un événement anormal, court, violent, pas d'origine nucléaire, correspondant à une explosion". Plus tôt dans la journée, le porte-parole de la Marine Enrique Balbi avait précisé que le "bruit" a été enregistré à 400 km des côtes de Patagonie, à 60 km au nord de la dernière position communiquée par le sous-marin, qui avait mis le cap sur la base navale de Mar del Plata, port d'attache du sous-marin.

Trois navires se dirigeaient vers la position indiquée pour tenter de localiser le sous-marin et devaient arriver sur zone mercredi en fin de soirée, vers 23h00 locales (jeudi 02h GMT). Plus de 4.000 personnes participent aux opérations de recherche, dans une zone étendue désormais sur 1.000 km de long, du nord au sud, et 500 km d'est en ouest, presque la superficie de la France. Quatorze navires et dix avions sont mobilisés pour les recherches, auxquelles participent activement les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Brésil, le Chili.

Le pire accident de sous-marin survenu dans le monde ces 30 dernières années avait eu lieu le 12 août 2000, quand le sous-marin russe Koursk avait sombré en mer de Barents, causant la mort des 118 membres d'équipage.